À l’occasion de l’anniversaire de “Drumline”, les groupes de HBCU créditent le film pour sa représentation

[ad_1]

Le color guard et le groupe de l'Université Howard se produisent à la mi-temps du match de football Howard-Harvard au Audi Field de Washington le 15 octobre.
Le color guard et le groupe de l’Université Howard se produisent à la mi-temps du match de football Howard-Harvard au Audi Field à Washington le 15 octobre. (Craig Hudson pour The Washington Post)

Commentaire

Janae McCloud n’a pas toujours su parfaitement lire la musique ou les techniques de jeu du saxophone alto. Elle a juste fait tout ce dont elle avait besoin pour continuer avec la musique.

Mais au cours de sa deuxième année de lycée, elle a regardé le film “Drumline” et s’est sentie vue dans l’histoire fictive du talentueux membre du groupe Devon Miles, qui ne savait pas lire la musique. Cela l’a inspirée à continuer à jouer.

McCloud est maintenant senior au Benedict College et l’un des cinq tambours-majors de son Marching Tiger Band of Distinction, qui a été choisi pour se produire lors du défilé du jour de Thanksgiving de Macy en 2022.

“Je suis un étudiant en biologie et je veux devenir médecin”, a déclaré McCloud. Mais “j’utilise toujours des choses que j’apprends dans la fanfare pour m’aider à devenir le meilleur médecin que je puisse être.”

“Drumline” suit un batteur doué (interprété par Nick Cannon) qui a reçu une bourse musicale complète à l’Atlanta A&T University, une université fictive historiquement noire. La filmqui a conduit à une suite et à un spectacle en direct, a été inspiré par l’expérience du producteur de musique Dallas Austin dans son groupe de lycée.

Le film, qui célèbre son 20e anniversaire le mois prochain, a donné au public un petit aperçu de la structure et de la culture des fanfares et des ensembles de danse des HBCU telles que Benedict, Morgan State University et Howard University.

“C’était une grande chose, vous savez, d’avoir l’honneur de voir ce que je fais comme carrière” dans le film, a déclaré Jorim E. Reid, directeur des groupes de Morgan State, qui avait des amis et des associés qui ont participé et ont camées dans le film. “C’était une bonne sensation”

Le Magnificent Marching Machine Band de MSU s’est produit avant leur match de retour en octobre 2022. (Vidéo : Avec l’aimable autorisation de la Morgan State University)

Le film a attiré davantage l’attention sur les performances, et les vidéos d’émissions populaires à la mi-temps peuvent désormais attirer jusqu’à 1 million de vues. Cela a également conduit à une augmentation de la participation des groupes dans les écoles et collèges de la maternelle à la 12e année, selon certains musiciens et réalisateurs.

“Il a fallu une culture un peu underground et l’a rendue courante”, a déclaré Don Roberts, consultant exécutif du groupe pour le film et créateur de “DRUMLine Live”.

Kylan Jones, trompettiste de deuxième année dans le Sonic Boom of the South Marching Band à la Jackson State University, pense que le film est la raison pour laquelle de nombreux enfants afro-américains ont rejoint leurs groupes de collège et de lycée. “Quand j’ai rejoint le groupe, tous les garçons voulaient jouer de la caisse claire comme Nick Cannon”, a déclaré Jones.

“Personne ne savait vraiment que ça allait être comme un phénomène”, a déclaré Reid. L’ancien directeur du groupe de Morgan State pendant 50 ans, Melvin Miles, a pris sa retraite au début de l’été.

Les groupes HBCU offrent un style et un sens du spectacle uniques qui mettent en valeur les éléments de la musique et des traditions noires. Le premier style de groupe moderne est né en 1946 à ce qui était alors le Florida A&M College avec la création du Marching 100. Les groupes aident à soutenir les institutions dans leurs efforts de recrutement et de collecte de fonds, mais offrent également au public des divertissements et un avant-goût de la culture HBCU. Et les liens se poursuivent après l’obtention du diplôme : en octobre, le groupe SHOWTIME de l’Université Howard a participé à un tunnel de retour à la maison, où les anciens du groupe reviennent pour représenter leurs sections de groupe.

“Les gens ont eu la chance de voir que c’est vraiment divertissant [and] l’avancement et la musicalité sont incroyables », a déclaré Donovan Walls, directeur du groupe à l’Université Bethune-Cookman. Il a dit qu’il avait remarqué que de nombreux groupes de collèges à prédominance blanche avaient “adopté de nombreux éléments des groupes HBCU”.

“Drumline” a également présenté le dévouement requis pour faire partie d’un groupe collégial. Les scènes représentaient les membres du groupe travaillant jour et nuit pour se préparer à un concours de groupe, ainsi que les différents exercices et entraînements nécessaires pour se préparer à d’autres spectacles.

« Le film lui-même était énorme. Et cela montre certaines des choses qui se passent réellement contre un programme de groupe HBCU », a déclaré Wade Johnson, directeur du groupe au Benedict College. “En tant qu’éducateur, la chose qui manque à la plupart de nos élèves [is] le fait que pour faire partie d’une merveilleuse organisation, vous devez avoir les compétences nécessaires pour pouvoir faire la coupe et les acteurs le décrivent assez bien.

Au milieu des baisses d’inscription à l’échelle nationale, certaines HBCU sont en croissance. Les menaces aussi.

Le groupe a également mis en lumière les compétitions de groupes HBCU. La compétition BET Southern Classic présentée dans le film était vaguement basée sur la Honda Battle of the Bands.

« ‘Drumline’ a montré que les groupes pouvaient être commercialisés et que l’argent pouvait en être tiré », a déclaré Brian Simmons, directeur des groupes à la Texas Southern University.

Pourtant, alors que le film a contribué à attirer l’attention sur les groupes, Roderick Little – directeur du Sonic Boom of the South – a déclaré qu’à Jackson State, cela ne s’était pas traduit par des ressources financières supplémentaires.

“Nous n’avons pas encore vraiment vu de gain financier pour aider à soutenir nos programmes en ce qui concerne nos étudiants et nos infrastructures”, a déclaré Little, professeur adjoint de musique à Jackson State. « J’aimerais voir ce changement puisque beaucoup de gens profitent de notre culture. [But] que font-ils vraiment pour l’alimenter ? »

Au cours des deux décennies qui ont suivi la sortie du film, la culture du groupe HBCU a continué de voir une représentation accrue dans les médias et la culture pop. Les groupes HBCU ont maintenant été présentés dans des inaugurations présidentielles, des émissions de télé-réalité, des vidéoclips et même mis en évidence dans Le spécial Netflix de Beyoncé, “Homecoming.” En juin, la fanfare 100 de la FAMU s’est produite au défilé de mode homme printemps-été 2023 au Louvre à Paris.

Beaucoup attribuent encore à “Drumline” le mérite d’avoir aidé à lancer cette extension.

“Il n’y avait pas de médias nationaux pour nous, sauf ce que nous ferions nous-mêmes”, a déclaré Eddie Ellis, l’ancien directeur du groupe au Morris Brown College. “Cela a fait plus, à mon avis, pour les groupes HBCU, que tout ce à quoi je peux penser.”

[ad_2]

Source_link

Deixe um comentário

O seu endereço de e-mail não será publicado. Campos obrigatórios são marcados com *