Au Zimbabwe, Auxillia Mnangagwa suit le chemin de Grace Gucci Mugabes — Global Issues


La première dame zimbabwéenne Auxillia Mnangagwa semble suivre l’exemple de son prédécesseur Grace Mugabe. Crédit : Wikipédia.
  • par Cecilia Russel (bulawayo)
  • Service Inter Presse

Assis à côté de Mnangagwa se trouve sa femme, Auxillia, vêtue d’un costume blanc et de bijoux en or d’apparence chère. Le couple regarde les partisans du parti au pouvoir, le Zanu-PF, et les détracteurs de Mugabe acclamer l’avènement d’une « deuxième république », d’un « nouveau Zimbabwe » et d’une « nouvelle dispensation ».

À ce stade, Auxillia, une ancienne espionne de la Central Intelligence Organization et une ancienne députée qui a épousé Mnangagwa en 1984, était considérée par de nombreux Zimbabwéens comme une «femme aimante, pacifique et attentionnée», populairement connue sous le nom d’Amai. Ce nom Shona se traduit par mère.

Après la cérémonie de prestation de serment, Auxillia s’est concentrée sur son travail philanthropique de soutien et d’édification des communautés marginalisées, notamment les femmes, les jeunes filles et les personnes handicapées.

Cependant, près de cinq ans plus tard, Auxillia est passée à la vitesse supérieure et semble suivre la voie de son prédécesseur, Grace Mugabe, surnommée “Gucci Grace” pour ses somptueuses virées shopping à New York, Paris et Singapour.

Le travail philanthropique d’Auxillia est désormais largement financé par l’État, elle occupe une place dans le journal public Herald et sur Zimbabwe Television, et elle officie dans les affaires officielles du gouvernement.

Journaliste et écrivain zimbabwéen Douglas Rogers, dans son livre Mugabe : deux semaines et le journaliste Geoffrey Nyarota avec son Chute sans grâce de Robert Mugabe : la fin du règne d’un dictateur, capture l’histoire de Grace.

La timide réceptionniste Grace, qui a officiellement épousé Mugabe en 1996, s’est vu décerner un doctorat controversé en sociologie par l’Université du Zimbabwe à une époque où son allié Jonathan Moyo était ministre de l’Enseignement supérieur.

Des rapports ont révélé que Grace n’avait pas défendu sa thèse et n’avait pas passé suffisamment de temps pour terminer un doctorat, et l’attribution a été contestée devant les tribunaux.

Grace est arrivée au pouvoir la même année lorsqu’elle s’est fortement impliquée dans la politique honteuse de la Zanu-PF et dans les affaires de l’État.

Elle a influencé son mari Mugabe pour qu’il nomme de jeunes politiciens de sa faction, la génération 40, et a même convoqué des ministres du gouvernement et assisté à des audiences.

Grace avait aligné Joice Mujuru et sept ministres du cabinet sur le vétéran de la guerre, licencié par Mugabe en décembre 2014 avant de se retourner contre Mnangagwa dans une bataille acharnée qui s’est terminée en novembre 2017 – quelques semaines après que Mugabe eut limogé son adjoint.

Elle a utilisé les rassemblements de la Zanu-PF pour fulminer contre ses adversaires, y compris des généraux militaires les accusant de travailler main dans la main avec Mnangagwa pour renverser le dirigeant de longue date et l’homme fort de l’Afrique.

En 2018, Mnangagwa et sa faction Lacoste, qui ont accusé Grace d’avoir repris les fonctions gouvernementales avant le coup d’État, avertit sa femme, Auxillia, d’interférer avec ses fonctions officielles du gouvernement.

Depuis lors, cependant, les choses ont changé. Dans le Herald, une équipe de reporters semble être devenue les reporters personnels d’Auxillia. Ils couvrent son travail philanthropique, et les gens du “Bureau de la Première Dame” ont apparemment le dernier mot sur ce que les éditeurs publient.

Kudakwashe Munemo, un analyste politique, a déclaré à IPS qu’il y a un manque de transparence sur les sources de financement acheminées vers le travail philanthropique d’Auxillia.

“En tant que pays, nous n’avons pas de bureau officiel des conjoints de celui qui est élu président. Cette distinction est essentielle, car nous ne devons pas confondre les programmes menés par l’épouse du président et ceux du gouvernement, en particulier lorsque les ressources de l’État sont impliquées au détriment des affaires officielles du gouvernement », a-t-il déclaré.

Maxwell Saungweme, un analyste politique, a déclaré que le problème auquel le Zimbabwe est confronté est qu’il n’y a pas de distinction claire entre la famille de Mnangagwa, le parti au pouvoir, le Zanu-PF et les affaires de l’État.

“Ce qu’elle fait fait partie de la pourriture de l’amalgame parti-État-militaire et, dans ce cas, du premier amalgame famille-État”, a-t-il déclaré.

«Elle n’apprend certainement pas de Grace et d’autres premières dames ailleurs en Afrique qui ne sont pas restées sur leur voie pendant que leurs maris s’occupaient des affaires du gouvernement et de l’État. Tout ce qu’elle essaie de faire est mal.

Auxillia, qui parcourt le pays en utilisant des feux bleus et parfois avec des motos de police pour le déblayage des routes et la circulation, un privilège dont jouissent peu de hauts responsables gouvernementaux, a reçu divers titres, allant d’ambassadeurs à des patrons de certaines institutions de l’État.

En mai, Auxillia a été conféré un doctorat en philosophie (PhD) (Honoris Causa) à l’Université GD Goenka à Gurugram Haryana, en Inde, en reconnaissance de son travail philanthropique.

Aussi, en mai, Auxillia a officiellement ouvert la Conférence sur l’éléphant d’Afrique, qui s’est tenue à Hwange, une station balnéaire à 335 kilomètres de la deuxième plus grande ville du Zimbabwe, Bulawayo, avant la Convention de 2022 sur le commerce international des espèces menacées.

Même si Auxillia est la patronne de l’industrie de l’environnement, du climat, du tourisme et de l’hôtellerie, les analystes politiques disent qu’elle a repris une fonction gouvernementale car la conférence était une réunion interétatique à laquelle participaient les ministres de 14 pays africains.

“Les rôles des premières dames ou des épouses des dirigeants varient selon les juridictions politiques, certaines préférant qu’elles restent en retrait tandis que d’autres autorisent un rôle plus actif”, a déclaré à IPS, Vivid Gwede, une analyste politique.

“Là où ils sont autorisés à jouer un rôle actif, cela n’entre pas en conflit ou en concurrence avec les fonctionnaires et les ministres du gouvernement qui sont généralement cérémoniels.”

Il a déclaré qu’au Zimbabwe, la première dame active outrepassait facilement les limites et causait des problèmes.

“Ceci est en dehors des questions de transparence et de responsabilité dans l’utilisation des ressources publiques”, a déclaré Gwede.

Rashweat Mukundu, un analyste politique, a déclaré que le “Bureau de la Première Dame” devrait refléter le côté doux du président.

« Il n’y a rien de mal à ce qu’Auxillia fasse un travail philanthropique. Ce qui est préoccupant, c’est d’abuser de ce bureau pour faire de la politique partisane. Il peut s’agir d’une campagne politique ou de tout autre poste qui exclut d’autres groupes. C’est parce que le Bureau de la Première Dame doit être un bureau fédérateur. Ce doit être un bureau qui reflète les intérêts de l’ensemble des citoyens à travers les clivages politiques », a-t-il déclaré.

Il a déclaré que la responsabilité est un domaine qui doit être examiné pour garantir que les ressources de l’État ne sont pas utilisées pour des politiques partisanes.

“Le défi est que nous n’avons aucun mécanisme de responsabilité déterminant combien l’État alloue au Bureau de la Première Dame. Si la Première Dame est énergique comme l’est la Première Dame actuelle, c’est une opportunité pour la Première Dame de faire des activités qui nous unissent plutôt que celles qui nous divisent davantage », a-t-il déclaré.

Rapport du Bureau IPS de l’ONU


Suivez IPS News Bureau des Nations Unies sur Instagram

© Inter Press Service (2022) — Tous droits réservésSource originale : Inter Press Service





Source_link

Deixe um comentário

O seu endereço de e-mail não será publicado. Campos obrigatórios são marcados com *

%d blogueiros gostam disto: