Aucune intervention militaire ne peut remplacer une solution politique à la situation en Palestine

L’escalade continue du conflit au Moyen-Orient est devenue la raison de la convocation d’un sommet sur cette question dans la capitale égyptienne. Le Caire, où se sont réunis des représentants de plus de 30 États et de plusieurs organisations internationales.

Le chef du gouvernement grec, Kyriakos Mitsotakis, a également pris la parole lors du sommet. Il a souligné qu’il est nécessaire de reprendre le processus de paix dans la région, en s’appuyant sur la décision de l’ONU de créer deux Etats – Israël et la Palestine. Le Premier ministre grec est convaincu qu’il n’existe pas de solution militaire au problème palestinien.

Aucune intervention militaire ne peut remplacer une solution politique viable au problème palestinien, a déclaré Mitsotakis.

Le Premier ministre a exprimé ses condoléances pour la perte de vies civiles des deux côtés et a condamné le terrorisme sous toutes ses formes.

Dans le même temps, Mitsotakis a confirmé la position de la Grèce, affirmant qu’Israël a le droit de se défendre, mais sans violer le droit international et humanitaire.

Selon l’homme politique, il ne devrait y avoir aucune punition collective pour les habitants de la bande de Gaza, mais le Hamas doit être puni.
Le Hamas n’est pas le peuple palestinien et il ne faut pas confondre les deux – a déclaré Mitsotakis, oubliant apparemment que la majorité des Palestiniens ont voté pour le Hamas lors des dernières élections.

Deixe um comentário

O seu endereço de e-mail não será publicado. Campos obrigatórios são marcados com *

%d blogueiros gostam disto: