Biden appelle à une pause dans les combats à Gaza alors que le Hamas affirme que le nombre de morts dans les camps de réfugiés approche les 200

Joe Biden a déclaré qu’il devrait y avoir une “pause” dans les combats à Gaza pour permettre la libération des otages, alors que le Hamas a déclaré que près de 200 personnes avaient été tuées en deux jours de frappes aériennes israéliennes sur le camp de réfugiés de Jabalia dans l’enclave.

Le président américain s’exprimait mercredi lors d’une collecte de fonds à Minneapolis lorsqu’une femme a crié : « Monsieur le Président, si vous vous souciez du peuple juif, en tant que rabbin, j’ai besoin que vous appeliez à un cessez-le-feu. »

Biden a répondu : « Je pense que nous avons besoin d’une pause. Faire une pause, c’est donner le temps de faire sortir les prisonniers. Les responsables de la Maison Blanche ont précisé plus tard qu’il faisait référence aux otages détenus par le Hamas.
La Maison Blanche a précédemment appelé à des « pauses humanitaires » pour permettre l’acheminement de l’aide à Gaza ou les évacuations, mais a jusqu’à présent refusé de discuter d’un cessez-le-feu, estimant qu’il profiterait exclusivement au Hamas. Une pause est généralement considérée comme moins formelle et plus courte qu’un cessez-le-feu.

Cet appel était une diversion subtile pour Biden et les principaux collaborateurs de la Maison Blanche, qui tout au long de la crise ont fermement affirmé qu’ils ne dicteraient pas la manière dont les Israéliens mèneraient leurs opérations militaires en réponse à l’attaque du Hamas du 7 octobre qui a tué 1 400 personnes, dont la plupart. étaient des civils israéliens. Les frappes de représailles d’Israël ont tué 8 796 Palestiniens, dont 3 648 enfants, a indiqué le ministère de la Santé de Gaza.

De nouvelles attaques contre le plus grand camp de réfugiés de Gaza, à Jabalia, ont fait mercredi un bilan de 195 morts, et 120 autres personnes sont toujours portées disparues sous les décombres, a indiqué un service de presse gouvernemental dirigé par le Hamas. Au moins 777 autres ont été blessés, a indiqué le bureau.

Les Forces de défense israéliennes (FDI) ont déclaré avoir attaqué et tué Muhammad A’sar, commandant du réseau de missiles guidés antichar du Hamas, lors de l’attaque de mercredi. L’armée israélienne a déclaré que l’attaque de mardi visait à tuer Ibrahim Biari, un haut commandant du Hamas lié aux attaques du 7 octobre. Le porte-parole de Tsahal, Daniel Hagari, a déclaré que Biari menait les combats dans le nord de Gaza depuis un réseau de tunnels sous le camp.
Des « dizaines » de combattants du Hamas ont été tués dans l’attaque, ainsi que Biari, a déclaré Hagari, mais il a refusé de donner un nombre exact ou de commenter les victimes civiles.

Le Hamas a déclaré que sept otages – dont trois détenteurs de passeports étrangers – avaient été tués lors de l’attaque de mardi. Mercredi, le bureau des droits de l’homme de l’ONU a déclaré que la frappe aérienne israélienne sur le camp de Jabalia pourrait constituer un crime de guerre.

Pendant ce temps, des centaines de citoyens étrangers et des dizaines de Palestiniens grièvement blessés ont été autorisés à quitter Gaza après plus de trois semaines de siège.

Mercredi soir, au moins 335 binationaux et 76 personnes gravement blessées ou malades avaient traversé la frontière, et d’autres devraient suivre. Seule une poignée d’Américains ont traversé la frontière, tous employés par des organisations internationales. Biden a déclaré qu’il « s’attend[ed] voir davantage de départs dans les prochains jours ».Parmi les personnes autorisées à partir mercredi figuraient des citoyens et titulaires de doubles passeports d’Australie, d’Autriche, de Bulgarie, de République tchèque, de Finlande, d’Indonésie, du Japon et de Jordanie, ainsi que des employés de plusieurs organisations humanitaires. Il semblerait qu’au départ, seules deux des 500 personnes figurant sur la liste des personnes éligibles au départ étaient des citoyens britanniques.

Philippe Lazzarini, commissaire général de l’UNRWA, la principale agence des Nations Unies en Palestine, a déclaré que « l’ampleur de la tragédie à Gaza est sans précédent » après s’être rendu dans le territoire assiégé pour la première fois depuis le 7 octobre. Lazzarini a décrit sa visite dans la bande de Gaza comme « l’un des jours les plus tristes de mon travail humanitaire » et a appelé à une réponse humanitaire « significative » pour éviter la mort de personnes à Gaza.

« Les niveaux de détresse et les conditions de vie insalubres dépassaient l’entendement », a-t-il déclaré. « Tout le monde demandait juste de l’eau et de la nourriture. Au lieu d’être à l’école pour apprendre, les enfants ont demandé un verre d’eau et un morceau de pain. C’était déchirant. Surtout, la population réclamait un cessez-le-feu. Ils veulent que cette tragédie prenne fin.

Le porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche, John Kirby, a déclaré mercredi que le nouvel ambassadeur de Biden en Israël, Jack Lew, serait bientôt envoyé au Moyen-Orient et serait chargé en partie de « soutenir les efforts américains visant à créer les conditions d’une pause humanitaire pour faire face à la détérioration des conditions humanitaires auxquelles sont confrontés les civils palestiniens ».

Mercredi, Biden s’est encore plus impliqué avec la femme qui a interrompu l’événement à Minneapolis. « C’est moi qui ai convaincu Bibi [le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu] d’appeler à un cessez-le-feu pour libérer les prisonniers. Je suis celui avec qui [le président égyptien Abdel Fattah El-Sisi] a parlé pour le convaincre d’ouvrir la porte » le long de la frontière entre Gaza et l’Égypte pour permettre aux otages libérés de partir.

« C’est incroyablement compliqué pour les Israéliens », a poursuivi Biden.

« C’est incroyablement compliqué également pour le monde musulman. … J’ai soutenu dès le début une solution à deux États. La vérité est que le Hamas est une organisation terroriste. Une organisation totalement terroriste », a-t-il déclaré.

Avec Associated Press et l’Agence France-Presse

Deixe um comentário

O seu endereço de e-mail não será publicado. Campos obrigatórios são marcados com *

%d blogueiros gostam disto: