Cinq adolescents de Hong Kong condamnés dans une première affaire de sécurité impliquant des mineurs

[ad_1]

Cinq adolescents avec un Hong Kong Un groupe prônant l’indépendance vis-à-vis de la domination chinoise a été condamné samedi par un juge à purger jusqu’à trois ans de détention dans un établissement correctionnel, pour avoir exhorté à une “révolution armée” dans une affaire de sécurité nationale.

Les cinq, dont certains étaient des mineurs âgés de 15 à 18 ans au moment de l’infraction présumée, avaient plaidé coupables d’avoir “incité d’autres à renverser le pouvoir de l’État” par le biais d’un groupe nommé “Returning Valiant”.

Les peines pour deux autres, âgés de 21 et 26 ans, seront prononcées à une date ultérieure.

Le juge Kwok Wai-kin a détaillé comment les accusés avaient prôné une «révolution sanglante» pour renverser l’État chinois sur des stands de rue, ainsi que sur Instagram et Facebook après l’adoption d’une vaste loi sur la sécurité nationale imposée par la Chine.

Kwok a qualifié l’incitation présumée de crime grave, mais a néanmoins tenu compte de leur “âge et immaturité” en les condamnant à un centre de formation, ou un centre de détention pour jeunes, plutôt qu’à la prison.

La durée du séjour, plafonnée à trois ans, est laissée à l’appréciation des autorités correctionnelles.

“Même si une seule personne est incitée par eux, la stabilité sociale de Hong Kong et la sécurité des résidents peuvent être sérieusement menacées”, a ajouté Kwok.

“Il n’y a aucune preuve pour prouver directement que quiconque a été incité par les accusés à renverser le pouvoir de l’État, mais ce risque réel existe.”

Quatre des cinq sont déjà en détention provisoire depuis plus d’un an, et un seul a été libéré sous caution.

Les procureurs Anthony Chau et Stella Lo ont déclaré plus tôt au tribunal que les pamphlets du groupe mentionnaient les révolutions française et ukrainienne comme exemples de rébellions armées réussies, et citait Mao Zedong sur une révolution comme “un acte violent d’une classe renversant une autre”.

Les procureurs ont détaillé comment la police avait saisi des drapeaux, des tracts, des pistolets à air comprimé, des munitions et des matraques extensibles dans un bâtiment industriel.

Au moins 22 personnes liées au groupe ont été arrêtées l’année dernière. Plusieurs font face à une accusation distincte de complot en vue de commettre des actes terroristes en vertu de la loi sur la sécurité.

Les autorités de Pékin et de Hong Kong affirment que la loi sur la sécurité a rétabli la stabilité du centre financier mondial après les manifestations de masse anti-gouvernementales et pro-démocratie en 2019.

Les experts des droits de l’homme du Comité des droits de l’homme des Nations Unies ont cependant appelé à l’abrogation de la loi dans un rapport de juillet, craignant qu’elle ne soit utilisée pour réprimer les libertés fondamentales.

[ad_2]

Source_link

Deixe um comentário

O seu endereço de e-mail não será publicado. Campos obrigatórios são marcados com *