De bonnes pratiques agricoles contribuent à augmenter les revenus des agriculteurs en RDP lao | FAO

[ad_1]

Par le biais du Programme de lutte intégrée contre les ravageurs (IPM), la FAO a introduit l’approche des écoles pratiques d’agriculture au Laos en 1996 pour soutenir le développement de la lutte contre les ravageurs du riz et des légumes. L’approche utilise l’apprentissage expérimental pour aider les agriculteurs à prendre des décisions et à trouver des réponses par eux-mêmes. Ces dernières années, le programme a également aidé les agriculteurs laotiens à gérer les ravageurs et les maladies des fruits, de la noix de coco et du manioc. Aujourd’hui, la FAO continue de soutenir le programme national IPM dans le cadre d’un programme régional à plus long terme visant à renforcer la gestion des produits chimiques agricoles dans la sous-région du Grand Mékong. Depuis l’introduction du programme IPM, quelque 24 000 agriculteurs (dont 3 401 femmes) dans 801 communautés de neuf provinces à savoir, Vientiane Capital, Bokeo, Louang Prabang, Louang Namtha, Oudomxay, Phongsaly, Sayabouly, Xiengkhouang et la province de Vientiane ont participé à la formation et la formulation de plans d’action communautaires pour la réduction des risques liés aux pesticides.

Les pratiques agricoles respectueuses de l’environnement aident les agriculteurs du Laos non seulement à augmenter leurs revenus, mais aussi à produire des cultures plus saines pour les consommateurs et leurs familles.

Khamphou Phanthaboun, qui cultive dans le village de Nonetae, dans le district de Xaythany à 20 km au sud de Vientiane, dépendait fortement des pesticides pour cultiver des légumes au milieu des années 1990, et même en tant que tel, il avait du mal à gagner sa vie grâce à sa ferme maraîchère. Il ne pouvait produire qu’un seul type de légume et devait compter sur un intermédiaire qui achèterait ses récoltes à bas prix.

Sans aucune éducation supérieure, élever ses cinq enfants n’a pas été une tâche facile. Comme la majorité des Laotiens, Khamphou et sa femme dépendent principalement de l’agriculture pour survivre.

En 1998, Khamphou a rejoint une école d’agriculture de terrain dans sa communauté. Pour la première fois, il a appris les tenants et les aboutissants de la culture de cultures saines : « Depuis que j’ai rejoint le programme, je savais comment faire la rotation des cultures. J’ai appris le cycle de vie des parasites et comment les identifier. J’ai acquis de nouvelles compétences et techniques pour les gérer tout en évitant l’utilisation de produits chimiques », explique Khamphou.

Une fois sa formation terminée, il a continué à cultiver diverses sortes de légumes, notamment de la laitue, du chou, des betteraves et du céleri, et les a alternés en conséquence : “Cela m’a permis d’obtenir des rendements plus élevés et pour la première fois, je ne suis plus endetté”. il ajoute.

Sounan Heuangpaseuth est un autre agriculteur vivant dans le village de Donxingxu, à Vientiane, qui a rejoint le programme au début des années 2000. “L’approche (se référant aux champs-écoles des agriculteurs ou FFS) est parfait pour moi. J’ai appris à faire pousser des cultures, à surveiller et à gérer les ravageurs. Je sais aussi maintenant comment faire des composts organiques à partir de déchets animaux et d’insecticides à base de plantes. Les pesticides sont la dernière option », explique Sounan.

Grâce à son savoir-faire agricole, il peut produire des légumes sûrs pour les marchés et augmenter ses rendements. Il cultive maintenant des aubergines blanches et des feuilles de bétel qui sont vendues pour les exportations européennes. Dans une zone de 1 600 mètres carrés, il a gagné un revenu constant de plus de 5 millions de Kip par mois. Sounan utilise toujours des produits chimiques, mais à un niveau minimal pour s’assurer que ses produits respectent les bonnes pratiques agricoles (BPA), qui sont des pratiques qui traitent de la durabilité environnementale, économique et sociale pour les processus à la ferme, et se traduisent par des aliments et des produits non alimentaires sûrs et de qualité. production agricole. Par conséquent, ses aubergines blanches sont qualifiées pour l’exportation vers l’Europe.

Khamphou, avec sa capacité technique accrue grâce au programme FFS, a rejoint un projet d’agriculture biologique et est maintenant convaincu que l’agriculture biologique peut lui fournir de meilleurs revenus et des produits plus sains. Il est également à la tête du groupe d’agriculteurs biologiques et membre du comité de gestion du marché biologique florissant de That Louang à Vientiane.

Comme Sounan et Khamphou, de nombreux agriculteurs qui ont participé aux programmes FFS de la FAO ont décidé de réduire les pesticides ou de ne plus les utiliser en réalisant le danger qu’ils représentent.

« Avant, je ne savais pas comment utiliser des produits chimiques, alors je les utilisais tout le temps. J’avais des maux de tête, des vertiges et de la fatigue », raconte Khamphou. « Suivre de bonnes pratiques agricoles aide tout le monde et c’est aussi respectueux de l’environnement. Nous dépendons tous les uns des autres », explique-t-il.

Au cours de la formation d’un mois, Khamphou et Sounan ont également suivi une formation pour devenir animateurs d’écoles pratiques d’agriculture. Même si de nombreux agriculteurs et participants aux champs-écoles n’ont même jamais terminé leurs études secondaires, ils ont la possibilité de former d’autres personnes et de mener leurs propres recherches, de gérer et de vendre leurs propres récoltes.

Khamphou et Sounan ne sont que deux exemples parmi des milliers. Aujourd’hui, les agriculteurs formés par la FAO sont dotés de compétences agricoles fondamentales qu’ils peuvent reproduire tout au long de leur carrière agricole. Ils peuvent subvenir aux besoins de leur famille, envoyer leurs enfants étudier au niveau professionnel et universitaire et se sentir financièrement en sécurité, en meilleure santé et plus heureux que jamais.

« En tant qu’agriculteur, je suis heureux et fier de faire partie de ce type de formation et de contribuer à diffuser les bonnes pratiques agricoles au Laos », conclut Sounan.

[ad_2]

Source_link

Deixe um comentário

O seu endereço de e-mail não será publicado. Campos obrigatórios são marcados com *