De simples séchoirs à poisson améliorent les moyens de subsistance et la nutrition au Burundi | FAO


Des étagères grillagées surélevées, recouvertes de petits poissons de lac argentés séchant au soleil, s’étendent sur la rive burundaise du lac Tanganyika, près du petit village de pêcheurs de Mvugo. Bien que de conception simple, ces séchoirs ont apporté une énorme contribution à la fois à la nutrition locale et à l’économie locale. Avant que les râteliers ne soient introduits par un projet de la FAO en 2004, les femmes séchaient le poisson Stolothrissa tanganyikae, une variété semblable à la sardine connue localement sous le nom de ndagala, sur le sable. Non seulement cela n’était pas hygiénique, mais il y avait aussi des pertes post-récolte importantes en raison du temps de séchage lent et de l’exposition à la contamination du sol. Le projet à court terme a pris fin en 2005, mais la communauté locale a continué à utiliser les connaissances nouvellement acquises, en construisant davantage de casiers surélevés et en augmentant la zone le long du rivage consacrée au séchage du poisson de un à cinq hectares. Le poisson séché sur claies coûtant plus du double du prix du poisson séché sur sable, cette nouvelle technique de séchage a considérablement augmenté les revenus des producteurs et généré de nouvelles opportunités d’emploi. De plus, cela a permis aux producteurs d’élargir leurs marchés et de vendre ce poisson nutritif aux consommateurs dans une zone beaucoup plus large.

Ces dernières années, la quantité de poisson transformé entrant sur les marchés depuis la rive orientale du lac Tanganyika dans le sud du Burundi a considérablement augmenté. Pourtant, cette production accrue n’a pas exercé une plus grande pression sur les ressources du lac. En fait, la quantité de poisson prélevée dans le lac est restée relativement stable. La raison : les communautés de pêcheurs locales ont adopté une technique de transformation du poisson extrêmement efficace et peu coûteuse – des séchoirs surélevés d’un mètre au-dessus du sol – ce qui signifie que les communautés n’ont pas besoin d’augmenter leurs efforts de pêche pour compenser les pertes après capture.

Grâce à la circulation d’air, ce système de rack réduit le temps de séchage de trois jours à huit heures, ce qui signifie que les producteurs peuvent sécher plusieurs lots dans la même journée pendant les hautes saisons. Il éloigne également le poisson des insectes, des animaux et des matières contaminantes au sol, permet aux séchoirs de couvrir le poisson pendant la saison des pluies et demande beaucoup moins de main-d’œuvre.

Cette technique de séchage améliorée a été introduite en 2004 par un projet FAO de 18 mois, au cours duquel un petit centre pilote a été construit près du village de pêcheurs de Mvugo. Le centre a proposé une formation aux techniques de séchage sur claies, présenté des outils et distribué des brochures sur la façon de construire les claies. Les populations locales qui ont suivi la formation ont non seulement adopté les techniques avec enthousiasme, mais elles ont également continué à diffuser leurs connaissances après la fin du projet. D’une moyenne de 500 femmes qui séchaient le poisson sur le sable en 2004, il y a aujourd’hui quelque 2 000 personnes directement impliquées dans les opérations de séchage amélioré au Burundi, soit une augmentation de 300 pour cent. On estime que plus de 12 000 membres de la famille sont nourris grâce à cette génération de revenus.

L’amélioration de la production a également accru les opportunités pour les revendeurs qui achètent le ndagala séché et le revendent dans d’autres endroits du pays. De plus, de petites industries ont vu le jour pour fournir des matériaux et construire des étagères. Le petit local construit par le projet sert désormais de centre pilote de formation et de conseil, géré durablement par une organisation locale de pêcheurs.

Nutrition nationale et sécurité des consommateurs
La possibilité d’exporter le poisson séché vers les zones intérieures du pays a également contribué à la nutrition des consommateurs et à la sécurité alimentaire au Burundi. Le poisson séché sur support est certainement plus hygiénique que le poisson séché sur le sable et offre une grande amélioration du goût et de la texture. Du point de vue de la sécurité alimentaire, le poisson séché sur support se transforme plus rapidement et plus complètement que le poisson séché au sable, ce qui le rend moins sujet à la contamination et à d’autres types de détérioration.

Mais la nutrition que le poisson offre au peuple burundais est tout aussi importante. Selon son Plan national d’investissement agricole, le Burundi a une carence en protéines de 60 %. En raison du manque d’infrastructures, il est peu probable que les consommateurs de l’intérieur aient accès au poisson frais. Cependant, le ndagala nutritif et riche en protéines a maintenant une durée de conservation beaucoup plus longue, grâce à la méthode améliorée de séchage sur claies, qui permet son transport vers les marchés intérieurs.

Changement dans le traitement des données démographiques
Lorsque le projet a démarré en 2004, presque tous les pêcheurs étaient des hommes qui vendaient leur poisson aux séchoirs, dont 80 pour cent étaient des femmes. Aujourd’hui, le séchage du poisson devenant une activité économique nettement plus rentable, ces chiffres ont changé, les hommes investissant de plus en plus dans le secteur. On estime que les hommes, qui possèdent de plus grands racks, représentent désormais 30 à 40 % de l’entreprise.

Bien que les méthodes améliorées aient grandement contribué à l’économie de la région sans exercer de pression supplémentaire sur les ressources halieutiques, les communautés de pêcheurs reconnaissent également qu’il reste encore des progrès à faire. Cela comprend des améliorations telles que le développement d’une caisse mieux conçue pour stocker les captures et l’introduction de programmes de microcrédit pour garantir que les femmes maintiennent leur position dans le secteur du séchage à mesure que la concurrence augmente.

Comme on peut le voir depuis le bord du lac recouvert de séchoirs, un petit investissement en temps et en matériel d’un projet de la FAO de 18 mois continue de soutenir ces villages de pêcheurs burundais neuf ans plus tard.



Source_link

Deixe um comentário

O seu endereço de e-mail não será publicado. Campos obrigatórios são marcados com *

%d blogueiros gostam disto: