Douleurs de croissance d’un jeune éleveur d’autruches du Nord-Ouest

[ad_1]

Le nouvel éleveur d’autruches, Kabelo Lekalakala, affirme que l’industrie du Nord-Ouest peut retrouver son ancienne gloire grâce à la participation de jeunes agriculteurs en herbe.

Douleurs de croissance d'un jeune éleveur d'autruches du Nord-Ouest
Kabelo Lekalakala est le propriétaire de Pitso Ostrich Farm à Mamogalieskraal, à la périphérie de Brits, dans le nord-ouest.
Photo: Siyanda Sishuba

Kabelo Lekalakala dirige la ferme d’autruches Pitso (pitso signifie «l’appel» en Setswana) à Mamogalieskraal en dehors des Britanniques. Agriculteur à temps partiel, il est également employé comme conseiller d’entreprise.

Lekalakala a grandi dans le village de Bapong, dans la municipalité du district de Bojanala dans le nord-ouest, une région qu’il décrit comme étant riche en mines, tourisme et agriculture. Il a toujours voulu être agriculteur et s’est inspiré des fermes qu’il a traversées en se rendant à Sonop près de Brits.

Après avoir obtenu son diplôme, il a terminé avec succès un BTech Business Administration en 2013.

En août 2017, il a déménagé à Oudtshoorn dans le Western Cape, où il a rejoint son employeur actuel (il préfère que cela reste confidentiel), travaillant avec des entrepreneurs d’élevage d’autruches.

C’est là qu’il a été exposé à la chaîne de valeur de l’autruche, de l’élevage et de la croissance à l’abattage, au tannage du cuir et à la fabrication de décorations en plumes et coquilles d’œufs.

Au fur et à mesure qu’il développait une large compréhension de l’entreprise, il a commencé à faire des recherches sur l’élevage d’autruches.

« En discutant avec ces entrepreneurs de la chaîne de valeur, j’ai pris conscience des obstacles à l’entrée, notamment le manque d’accès au financement et à des marchés durables et en croissance. L’appétit pour la transformation fait également toujours défaut », dit-il.

Commencer une affaire
En janvier 2018, Lekalakala a sauté le pas et a lancé sa propre exploitation agricole dans le Nord-Ouest.

Tout en reconnaissant qu’il ne s’agissait plus d’une région d’élevage d’autruches, il s’est rendu compte qu’elle avait le potentiel d’être relancée après avoir découvert le rapport “A profile of the South African ostrich market value chain in 2017”, compilé par le Department of Agriculture, Land Réforme et développement rural (ministère de l’agriculture).

L’étude a indiqué que si 30 fermes d’autruches étaient enregistrées dans le Nord-Ouest, aucune n’était opérationnelle.

“J’ai cherché pourquoi c’était le cas et j’ai découvert que, comme les principales zones de production se trouvaient dans le Cap Sud, le manque de support technique était dissuasif dans le Nord-Ouest”, dit-il.

En outre, les coûts élevés des intrants et le manque de recherches suffisantes sur le traitement et la gestion des maladies, telles que la maladie de Newcastle et la grippe aviaire, contribuent également à faire de l’élevage d’autruches une entreprise peu attrayante.

Lekalakala a commencé son activité en achetant 17 poussins d’autruche d’un jour à un agriculteur d’Oudtshoorn et en les transportant vers le nord-ouest.

Après les 13 heures de route, il a placé les oiseaux dans le garage de sa maison. Au fur et à mesure qu’ils grandissaient, il a construit une structure couverte de 4 mx 3 m pour les protéger la nuit. La structure a été laissée ouverte pendant la journée pour permettre aux poussins de se promener à l’extérieur.

Une dure leçon
L’élevage des autruches s’est avéré difficile. Après seulement 10 mois, 13 des poussins étaient morts, le laissant avec seulement deux autruches mâles et deux femelles.

Après avoir consulté divers vétérinaires à Brits et Hartbeespoort, il a découvert que les oiseaux étaient morts en raison d’une infrastructure inappropriée. La structure ouverte les avait trop exposés à la pluie et au froid à un âge trop jeune, ce qui avait entraîné des complications respiratoires. De plus, il n’avait pas un accès adéquat aux services vétérinaires.

« Je travaille actuellement avec Afrivet pour développer un programme de vaccination et recevoir un soutien technique. J’assiste à leurs ateliers avec un membre de la famille qui s’occupe de la ferme et m’assiste », dit-il.

Lekalakala ajoute que les ateliers lui ont appris l’importance de suivre la procédure appropriée, ainsi que la façon de manipuler correctement les oiseaux. Il a vacciné ses quatre autruches restantes contre la maladie de Newcastle et les a fait vermifuger.

Acheter une ferme
En mai, il a commencé à chercher une ferme et a demandé de l’aide au ministère de l’Agriculture. Cependant, il s’est vite rendu compte que le processus prendrait trop de temps.

« J’ai dû acheter une ferme au lieu d’attendre », dit-il.

Il a commencé par utiliser ses économies pour régler son prêt automobile, puis a vendu le véhicule. Cela l’a placé dans une meilleure situation financière pour obtenir un prêt immobilier, qu’il a utilisé pour acheter une ferme de 7 ha équipée pour l’élevage d’autruches.

ferme d'autruches
La ferme de 7ha compte neuf camps d’élevage d’environ 0,5ha chacun.

La propriété dispose de deux forages et est divisée en neuf camps d’élevage d’environ 0,5 ha chacun. Les 2,5ha supplémentaires sont encore en cours de division en campements. Le taux de charge des autruches est d’environ 15 oiseaux/0,25ha.

Les camps d’élevage ont été plantés de luzerne et d’herbe de Rhodes, qui a une
haut contenu nutritionnel. La ferme dispose également d’un atelier d’entretien et d’un conteneur en acier pour accueillir les poussins nouvellement éclos.

Celui-ci dispose d’un éclairage infrarouge pour fournir de la chaleur aux poussins, ainsi que d’un système de ventilation, et environ 60 poussins peuvent être gardés ici.

Lekalakala convertit également deux hangars en maisons pour lui permettre de garder plus de poussins. Les oiseaux seront déplacés dans les camps à trois mois.

Réduire les coûts
Les deux principaux coûts des intrants sont l’alimentation et l’électricité. Heureusement, pour compenser les frais d’alimentation, le fermier précédent avait planté de l’herbe de Rhodes et de la luzerne.

La ferme est alimentée en électricité triphasée, avec de l’électricité achetée directement à Eskom.

« L’ancien agriculteur a déclaré que la facture était d’environ 10 000 rands par mois. L’électricité est principalement utilisée pour l’éclairage afin de dissuader les chacals, qui constituent une menace pour les oiseaux », explique Lekalakala.

Les camps sont également entourés de grillages pour dissuader ces prédateurs.

Pour réduire les coûts des intrants, il utilise une stratégie d’alimentation similaire à celle de l’agriculteur précédent, mais ajoute des légumes à feuilles vertes, tels que des épinards et des feuilles de chou non commercialisables, provenant d’agriculteurs locaux.

« Les autruches semblent apprécier. Je mets occasionnellement de l’aloès dans leur eau potable, qui agit comme un laxatif pour favoriser la santé de l’intestin », dit-il.

L’hypothèque sur la propriété constitue 60% de son revenu mensuel, ce qui l’empêche d’acheter une voiture pour améliorer les opérations et les livraisons. Cependant, il est en pourparlers avec un partenaire commercial potentiel, ce qui pourrait aider à surmonter cette difficulté. Pour réduire encore les coûts, il envisage d’intégrer l’énergie solaire.

Alimentation et élevage
Après leur éclosion, les poussins seront nourris avec des miettes de démarrage pendant 90 jours. Par la suite, ils sont nourris avec des granulés de croissance jusqu’à ce qu’ils atteignent l’âge de 120 jours. À partir de ce point, ils reçoivent une alimentation de maintenance.

« Les granulés de culture coûtent 256 rands pour 40 kg, ce qui ne dure pas une semaine. J’achetais deux sacs tous les quinze jours, en nourrissant 4 kg/oiseau/jour, 2 kg le matin et 2 kg le soir.

Il suit le régime alimentaire suggéré dans le manuel de production de la Ostrich Business Chamber.

Les oiseaux sont prêts à s’accoupler vers 36 mois, lorsqu’ils pèsent entre 120 kg et 150 kg. Les autruches peuvent pondre jusqu’à 40 œufs par saison de reproduction, qui s’étend de mai à janvier. Les œufs fécondés incubent pendant 36 jours.

Les autruches sont abattues à 10 mois, à un poids carcasse d’environ 75 kg.

Lekalakala finalise un accord avec un investisseur pour l’aider à acheter 150 poussins. Un poussin de qualité B coûte environ 450 rands. Il a l’intention d’élever et de vendre 100 d’entre eux et de diviser les 50 restants en couples reproducteurs.

« Si vous avez un petit troupeau [15 birds or fewer]vous n’atteindrez pas le seuil de rentabilité », dit-il.

Lekalakala pense que pour être vraiment rentable dans l’industrie, il faut être impliqué dans toute la chaîne de valeur de l’autruche, en produisant de la viande, du cuir et des plumes, le tout à la ferme. Cela vient avec d’autres implications de coût, cependant.

Opportunités
Lekalakala prévoit de capitaliser sur le marché touristique local en fournissant de la viande et des produits en cuir aux pensions, hôtels et restaurants. Il veut aussi offrir des visites de fermes.
Il ajoute que les autruches sont sociables, ce qui les rend idéales pour une utilisation dans une entreprise d’agritourisme.

« Je suis toujours en train d’engager un certain nombre de parties prenantes identifiées comme pertinentes pour l’entreprise, mais rien n’a été finalisé », dit-il.

Envoyez un courriel à Kabelo Lekalakala à [email protected].



[ad_2]

Source_link

Deixe um comentário

O seu endereço de e-mail não será publicado. Campos obrigatórios são marcados com *