Élections en Angola 2022 : le pays à la croisée des chemins alors que les citoyens votent

[ad_1]

Le président João Lourenço du parti au pouvoir, le Mouvement populaire pour la libération de l’Angola (MPLA), espère un second mandat. Il gouverne l’Angola depuis 2017.

Lourenço a conclu sa campagne lundi, affirmant avoir construit “un nouvel Angola”.

“Il s’est écoulé exactement cinq ans depuis le moment où nous avons commencé ce mandat qui se termine maintenant”, a-t-il déclaré lors d’une cérémonie de campagne ce week-end. “Nous avons travaillé durant ce mandat pour faire de l’Angola un nouvel Angola, un Angola mieux accepté par les Angolais mais aussi par la communauté internationale”.

L’Angola est le deuxième plus grand producteur de pétrole en Afrique, mais la vaste richesse pétrolière du pays ne se répercute pas sur bon nombre de ses citoyens pauvres.

Ancienne colonie portugaise, l’Angola est sorti des décombres d’une guerre civile de 27 ans pour devenir l’un des principaux acteurs économiques du continent.

Le dirigeant de longue date José Eduardo dos Santos du parti MPLA a supervisé une grande partie de la croissance économique et des efforts de reconstruction de l’Angola après la guerre.

Lourenço a été le successeur trié sur le volet de dos Santos, qui a dirigé le pays pendant 38 ans et s’est enrichi, ainsi que sa famille, d’une richesse énorme.

Sa fille Isabel dos Santos est devenue très puissante pendant son règne et a été à un moment donné la femme la plus riche d’Afrique.

La fille du président angolais

L’organisme de surveillance anti-corruption Transparency International a déclaré en 2017 que “le népotisme et le copinage” sous dos Santos avaient “empêché les Angolais ordinaires de bénéficier de la richesse en ressources naturelles du pays, en particulier lorsque les prix du pétrole étaient élevés”.

Lors de sa prise de fonction en 2017, Lourenço s’est engagé à lutter contre la corruption et s’est retourné contre la famille dos Santos, renvoyant Isabel et son frère de postes lucratifs.

L’ancien président dos Santos est décédé le mois dernier alors qu’il était en Espagne et ses funérailles auront lieu au milieu de la période électorale tendue.

Lourenço s’est engagé à améliorer l’économie, mais le Banque mondiale dit que dans les régions rurales du pays, plus de la moitié de la population vit dans la pauvreté.

La capitale de l’Angola, Luanda, est également l’une des villes les plus chères du monde, avec une importante population d’expatriés travaillant dans le secteur pétrolier et gazier du pays.

“Nous ne sommes pas satisfaits ou satisfaits des actions du gouvernement, nous attendons plus d’eux”, a déclaré à CNN Pedro Simao, un habitant de Luanda, tandis que la vendeuse de rue Madalena Mondole a déclaré qu’elle ne voyait aucun avantage à voter.

“Si vous me demandez de voter, je n’ai personne pour qui voter, car même si je vote, personne n’aidera mon fils dans la vie”, a déclaré Mondole.

Qui sont les candidats ?

Il y a huit candidats aux élections. Adalberto Costa Junior, chef du principal parti d’opposition, l’Union nationale pour l’indépendance totale de l’Angola (UNITA), est un candidat populaire qui a tenté de séduire les nombreux électeurs jeunes et sans emploi.
L’estimée taux de chômage des jeunes en Angola était de 18,52 % en 2021.
Les experts électoraux ont déclaré qu’ils s’attendaient à une course serrée et beaucoup regarderont pour voir si elle est libre et équitable alors que le parti au pouvoir du pays est confronté à l’un de ses plus grands défis. Cependant, les candidats de l’opposition gagnent rarement en Angola et de nombreux citoyens ont déclaré ne pas faire confiance à la commission électorale nationale du pays, selon une enquête d’Afrobaromètre.
Des partisans du parti d'opposition angolais UNITA brandissent des drapeaux du parti lors d'un rassemblement électoral.

Costa Junior, 60 ans, a déclaré que l’emprise du MPLA sur le pouvoir est à blâmer pour de nombreux problèmes du pays, notamment la pauvreté, l’inflation et la corruption.

“Il y a un parti unique au pouvoir, un régime à parti unique, un gros cancer dont ce pays doit se débarrasser, un cancer qui se nourrit de tout pour continuer à gouverner”, a déclaré Costa Junior.

“Aujourd’hui, nous pouvons voir partout que tout le monde est fatigué de ce parti, ce parti unique qui tient l’Angola en otage de ses intérêts, ce parti unique qui ne permet pas à l’Angola d’être une démocratie”, a-t-il ajouté.

Le MPLA et l’UNITA étaient opposés dans une guerre civile qui a commencé peu après l’indépendance de l’Angola du Portugal en 1975 et s’est terminée il y a 20 ans.

Mais les analystes disent que cette élection concerne moins l’histoire du pays que les gens qui luttent pour s’en sortir et se sentent abandonnés par leurs dirigeants.

Plus de 14 millions d’Angolais ont le droit de voter mercredi, moins de la moitié des habitants de ce pays d’Afrique australe 35 millions de personnes.

Le scrutin présidentiel aura lieu en même temps que les élections pour le parlement angolais de 220 membres.

[ad_2]

Source_link

Deixe um comentário

O seu endereço de e-mail não será publicado. Campos obrigatórios são marcados com *