Ghana, Portugal, Cameroun et Serbie

[ad_1]

Le Camerounais Jean-Charles Castelletto célèbre après avoir marqué le premier but de son équipe lors du match du groupe G de la Coupe du Monde de la FIFA Qatar 2022 entre le Cameroun et la Serbie au stade Al Janoub le 28 novembre 2022 à Al Wakrah, au Qatar.

Le Camerounais Jean-Charles Castelletto célèbre après avoir marqué le premier but de son équipe lors du match du groupe G de la Coupe du Monde de la FIFA Qatar 2022 entre le Cameroun et la Serbie au stade Al Janoub le 28 novembre 2022 à Al Wakrah, au Qatar.
Image: Getty Images

Match du jour : Serbie 3 – 3 Cameroun

Nous aurions pu aller dans les deux sens avec celui-ci, car la Corée du Sud et le Ghana ont eu leur part de déraillement. Mais nous choisirons le début du match aujourd’hui car il y avait un but de plus. Il semble toujours dérivé de dire que le football est défini par des objectifs ou que «les objectifs changent les jeux», ce qui est peut-être le trope le plus populaire parmi les commentateurs. Mais il se trouve aussi que c’est vrai.

Le Cameroun a pris l’avantage contre le cours du jeu. Ils n’ont eu qu’un seul tir au cours des 20 premières minutes, même si la Serbie n’a pas fait grand-chose de plus que piaffer sa défense lors des échanges d’ouverture. Mais aller derrière a remué quelque chose en Serbie que nous n’avions pas vu ce tournoi, qui a ensuite repris la tête avec deux buts avant la mi-temps, dont cette tête classique de Strahinja Pavlović pour égaliser :

Au fait, pourriez-vous trouver un gars plus serbe que Pavlović ? Vous avez déjà vu ce type fumer une cigarette sans filtre devant un bar sans enseigne, n’est-ce pas ?

Après la pause, l’avance n’a fait que faire ronronner la Serbie encore plus doucement, avec Dusan Tadić et Sergej Milinković-Savić (qui a marqué le deuxième but de la Serbie) en harmonie avec l’attaquant Aleksanda.r Mitrović, culminant dans ce magnifique troisième objectif qui devrait être défini sur un morceau de musique fluide comme le thème de Pink Panther ou une chanson de Sly :

Et c’était fini. Ou il aurait dû l’être. Une drôle de chose s’est produite. L’entraîneur camerounais Rigobert Song a présenté l’attaquant Vincent Aboubakar, a fait passer son équipe en 4-4-2 et la Serbie a réagi comme si elle avait remplacé un dinosaure. Deux fois Aboubakar a brisé la ligne défensive/piège du hors-jeu de la Serbie, les deux fois Nikola Milenković sur le côté droit de la défense à trois de la Serbie étant celle prise trop profondément et gardant Aboubakar à ses côtés. Les trois arrières ont trouvé que couvrir un avant était un jeu d’enfant. Lancez-leur un deuxième car c’était un exercice d’incendie à la maternelle là-bas. Le premier, quand tout le monde a supposé que le drapeau monterait et qu’il l’a finalement fait, seulement pour que VAR récupère le but de la poubelle, a été terminé par Aboubakar lui-même avec le genre de scoop que vous n’essayez que lorsque vous êtes à peu près sûr. peu importe de toute façon :

Si Aboubakar était sûr d’être de la partie, est-il tout aussi détendu ? Peu importe maintenant.

La deuxième fois a vu Aboubakar carré pour Eric Choupo-Moting. Et du coup, sans que le Cameroun le mérite vraiment, ils avaient égalisé le match et semblaient le vainqueur le plus probable. Malheureusement, ils n’ont généré que deux tirs de plus après l’égalisation, mais ont obtenu ce dont ils avaient besoin pour au moins entrer dans la dernière journée avec quelque chose à jouer. Reste à battre le Brésil ! Très facile!

À 3-1, il semblait que ce serait la même histoire pour le Cameroun depuis la CAN de l’hiver dernier, où quelque chose s’est cassé. Après être sortis aux tirs au but à domicile, ils ont été assez insipides et ont manqué de tout contre la Suisse, surtout après avoir pris du retard. Ils ont fait preuve de bon sens et se sont battus lundi.

Pour la Serbie, ils regretteront de ne pas avoir remporté les trois points ici, surtout avec tout ce qui tourne autour d’un match déjà brûlant contre la Suisse, qui n’a besoin que d’un match nul. Il est étrange qu’après avoir réuni Mitrovic et Dusan Vlahović lors des qualifications, ils aient évité cela dans ce tournoi. Surtout avec Mitrovic certainement pas à 100 %. Ils ont joué environ 50 minutes. Mais dans une Coupe du monde, on ne peut pas laisser les 40 autres sur la table.

D’autres jeux

Corée du Sud 2 – 3 Ghana

C’était un autre match qui a vu une équipe qui n’avait pas montré grand-chose sortir de nulle part, sauf que les Coréens n’ont pas pu s’accrocher. L’inquiétude à propos de la Corée du Sud avant le tournoi, en particulier avec Heung-min Son à peine en forme, est que leur façon minutieuse et complexe de construire des attaques finirait par ressembler au pire des tiki-taka, sans produit final et les équipes adverses bâillant comme ils les tenait facilement avant de se précipiter dans l’autre sens. Et c’est à quoi ressemblait à peu près la première mi-temps. Le Ghana était à peine menacé (0,37 xG contre) et a pu encaisser un coup franc. Avec le confort d’une avance, le Ghana a ensuite pris une page du livre de la Corée du Sud et a reconstitué 31 passes pour préparer Mohammed Kudus pour son premier de la journée :

Rien ne stimule une équipe comme regarder dans l’abîme, cependant. Enfin, pour la première fois en deux matchs. La Corée du Sud a joué avec un peu de rythme et d’urgence en seconde période, et tout le match se retourne avec deux têtes de Gue-song Cho. Le second est un excellent exemple de le vouloir plus que quiconque autour de vous :

À partir de là, la Corée a battu le but ghanéen, comme elle aurait dû… à part le petit problème de laisser la porte arrière ouverte. Ce que le Ghana traversa à peine sept minutes plus tard :

Super mannequin d’Inaki Williams. C’est du moins ce qu’il dira.

Le Ghana n’était pas génial. Ils ont marqué quand il le fallait. La Corée du Sud ne pouvait pas une fois de plus. Voilà votre jeu.

Brésil 1 – 0 Suisse

Eh bien, c’était une descente. Le Brésil sans Neymar est certainement une bête différente, à la fois son énorme talent et sa tendance habituelle à essayer de le trouver. Avec lui absent pour le reste de la phase de groupes, la Suisse n’a pas eu trop de mal à faire paraître le Brésil plutôt flasque. Sans leur #10 en pleine attaque. Le Brésil était beaucoup plus dépendant de la sortie large, et Vinicius Jr. s’était déplacé davantage à l’intérieur en première mi-temps pour combiner avec Richarlison en tête.

Ne craignant rien au milieu, la Suisse s’est contentée de déployer un 4-5-1, et a doublé les larges brésiliens avec leurs latéraux et leurs attaquants larges. Vous pouvez le faire contre cette équipe du Brésil car contrairement au passé où ils avaient de vrais arrières latéraux de cow-boy comme Cafu ou Roberto Carlos ou Dani Alves, le manager Tite préfère que ses arrières latéraux restent là où ils sont. Éder Militao, qui a commencé à l’arrière droit aujourd’hui, est vraiment un défenseur central pour gagner sa vie. La Suisse a coupé tout lien avec la gloire, le Brésil n’ayant pas grand-chose à répondre au milieu.

La seconde mi-temps n’a pas beaucoup changé, même avec Vinicius restauré à son aile gauche normale et Rodrygo amené à se lier à Richarlison. Le but est venu du Brésil, résolvant simplement le problème de passer par le milieu avec des chiffres au lieu d’avoir Neymar, alors que Casemiro s’est retrouvé dans la surface pour voler à la maison avec une rapière absolue. La Suisse disposait de trop peu de temps pour répondre, et elle ne semblait pas très intéressée à le faire.

Neymar sera de retour pour les matchs importants, mais s’il n’est pas en parfaite santé, le plan de la Suisse sera à nouveau utilisé.

Portugal 2 – 0 Uruguay

Et la vraie descente. Voici deux équipes capables de vraiment déclencher un feu d’artifice qui ont passé les 45 premières minutes à se donner des coups de pied dans sept types de merde différents et à se plaindre de l’arbitre alors qu’elles ne le faisaient pas. L’Uruguay est venu chercher un point et ne l’a pas obtenu.

Il contenait peut-être le moment le plus Ronaldo de tous les temps, alors qu’il essayait de prétendre que c’était son objectif de toutes les manières possibles, même tout au long des célébrations :

Habillez-vous pour le travail que vous voulez et tout ça.

Enfin, après avoir marqué un but, l’Uruguay a en fait tenté de franchir la ligne médiane avec plus que Darwin Nunez et le cadavre d’Edinson Cavani, mais n’a pu que retrouver le poteau. Maintenant, ils doivent battre le Ghana et espérer que le Portugal ne reposera pas tout le monde et qu’il en restera assez sur le terrain pour ne pas laisser la Corée du Sud se faufiler devant eux. Cela n’aurait pas dû être ainsi, mais c’est apparemment ainsi que l’Uruguay l’a rédigé.

Objectif du jour : Le film de trampoline d’Aboubakar était un concurrent, mais Casemiro ne frappera peut-être plus jamais un autre coup comme celui-ci :

VAR a-t-il foiré quelque chose ? : Nous avons vu les deux côtés. Le but d’Aboubakar est exactement la raison pour laquelle les assistants de l’arbitre ont tenu à lever leur drapeau jusqu’à la fin du jeu, car il était en jeu et VAR a sauvé un but qui devrait être maintenu. Mais le penalty du Portugal est venu d’un handball de Jose Giminez alors qu’il posait simplement sa main alors qu’il glissait au sol, le seul endroit où sa main peut aller et quelque chose d’explicitement indiqué n’est pas censé être un penalty.

Et pourtant, le responsable du VAR a appelé l’arbitre sur le terrain à l’écran, et cela se termine presque toujours par une inversion. Le système dépend toujours de l’opinion des gens, et il n’est pas difficile d’amener deux personnes qui voient le monde à prendre ces décisions.

Alexi Lalas a-t-il dit une bêtise ? : Non Alexi, Cristiano Ronaldo n’a pas de “détesteurs” juste parce qu’il est bon. Vous avez mentionné ses “questions hors du terrain”, alors allez jusqu’au bout, mon pote. Une fois que vous avez ouvert cette porte, vous ne pouvez pas simplement y tremper un orteil puis vous enfuir.

Le seul vrai Ronaldo : C’est vraiment inspirant de voir l’OG Ronaldo, et plus précisément le niveau de satisfaction constante qu’il semble avoir atteint. Peut-être que vous devez être le meilleur attaquant de votre génération pour dégager un état aussi détendu, mais peut-être que c’est là pour nous tous. Suivez l’OG Ronaldo vers la liberté :

Enfin, je sais que beaucoup de gens ne suivent pas le sport. La plupart de leurs arguments sont solides. Parfois je les envie même. Mais la question à laquelle je reviens toujours est, si vous ne suivez pas le sport, qu’est-ce qui vous fait vous sentir comme ça ?

[ad_2]

Source_link

Deixe um comentário

O seu endereço de e-mail não será publicado. Campos obrigatórios são marcados com *