Haïti : Le chef de l’ONU exhorte les pays à envisager de déployer des forces





CNN

Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a exhorté la communauté internationale à envisager de déployer des forces pour Haïti pour faire face aux crises humanitaires et sécuritaires croissantes dans le pays.

Les commentaires de Guterres interviennent quelques jours seulement après que le gouvernement haïtien lui-même a demandé une aide militaire internationale alors que le pays fait face à la violence endémique des gangs, à une épidémie mortelle de choléra et à des manifestations anti-gouvernementales qui paralysent le pays depuis fin août. Le pays a été pour la plupart fermé alors que les Haïtiens manifestaient contre la violence chronique des gangs, la pauvreté, l’insécurité alimentaire, l’inflation et les pénuries de carburant.

“J’appelle la communauté internationale à nous aider, à nous soutenir de toutes les manières nécessaires pour éviter que la situation ne s’aggrave. Il faut pouvoir distribuer de l’eau et des médicaments car le choléra revient. Nous devons rouvrir les entreprises et dégager les routes pour que les médecins et les infirmières puissent travailler. Nous demandons leur aide pour pouvoir distribuer le carburant et pour que l’école rouvre », a déclaré mercredi le Premier ministre Ariel Henry.

António Guterres a exhorté dimanche la communauté internationale “à examiner de toute urgence la demande du gouvernement haïtien pour le déploiement immédiat d’une force armée internationale spécialisée”.

En quoi consisterait exactement cette force reste incertaine.

La capitale d’Haïti, Port-au-Prince, était la vue de brutales batailles de gangs cet été qui a vu des quartiers entiers incendiés, déplaçant des milliers de familles et piégeant d’autres dans leurs maisons, effrayées de partir même à la recherche de nourriture et d’eau.

Des centaines de personnes sont mortes, blessées ou portées disparues. Les criminels contrôlent ou influencent toujours certaines parties de la ville la plus peuplée du pays, et les enlèvements contre rançon menacent les déplacements quotidiens des habitants. Ces dernières semaines, des manifestants dans plusieurs villes ont appelé à la démission d’Henry face aux prix élevés du carburant, à la flambée de l’inflation et à la criminalité incontrôlée.

Leur fureur a encore été alimentée le mois dernier lorsque Henry a annoncé qu’il réduirait les subventions sur le carburant afin de financer le gouvernement – ​​une décision qui doublerait les prix à la pompe. Les puissants gangs d’Haïti ont exacerbé la crise du carburant en bloquant le principal port du pays à Port-au-Prince.

“Nous espérons que la communauté internationale envoie rapidement les forces armées spécialisées en réponse à notre demande avant que les choses n’empirent”, a déclaré lundi à CNN Jean Junior Joseph, un conseiller d’Henry.



Source_link

Deixe um comentário

O seu endereço de e-mail não será publicado. Campos obrigatórios são marcados com *

%d blogueiros gostam disto: