Kenya : Pourquoi le Kenya fait pression pour l’admission de Tong Il Moo-Do en tant que sport olympique

[ad_1]

Nairobi – Le Kenya est en train de rallier les pays africains pour faire campagne pour l’admission du Tong Il Moo-Do en tant que sport olympique dans les cinq ou 10 prochaines années.

Le président du Kenya Tong Il Moo-Do, Clarence Mwakio, a déclaré avoir jusqu’à présent convaincu 12 pays du continent de se joindre à la quête pour convaincre le Comité international olympique (CIO) d’introduire le sport d’arts martiaux dans le cadre de l’événement quadriennal.

“La campagne est en cours… En Afrique, nous avons adopté une stratégie où nous voulons faire pression sur au moins 30 pays membres du CIO et les encourager à se mettre au sport. Nous avons déjà rallié environ 12 pays, qui participer activement à nos tournois. Une fois que nous aurons plus de 30 pays, nous rejoindrons d’autres fédérations d’Europe, d’Asie, d’Amérique du Sud et d’Amérique qui apporteront également leur pool de fédérations “, a expliqué Mwakio.

Il a ajouté : “Nous avons besoin d’environ 120 pays pour soutenir notre campagne et nous croyons que cela est réalisable. Dans un délai de cinq à 10 ans, nous pouvons le faire (campagne réussie pour l’admission de Tong Il Moo-Do.”

Les pays qui ont jusqu’à présent adhéré à l’idée sont l’Ouganda, la Zambie, la RD Congo, le Congo Brazzaville, l’Éthiopie, le Burkina Faso, la République centrafricaine, le Cameroun, la Côte d’Ivoire, le Nigéria, l’Angola, le Mali et Maurice.

Mwakio a déclaré que l’admission du sport aux Jeux olympiques ouvrira une autre voie vers des médailles pour le Kenya, étant donné que le pays est l’une des puissances du continent et du monde.

“Si Tong Il Moo Do entre aux Jeux olympiques, je peux vous assurer que l’Afrique augmentera son palmarès de médailles, en particulier le Kenya. Nous sommes souvent en compétition pour la première place à l’Open international de Mombasa avec les Philippines qui sont l’un des géants du sport en Nous devons soutenir notre pays dans les domaines où nous sommes forts afin que nous puissions augmenter notre nombre de médailles à ces compétitions. C’est ce que d’autres pays ont fait », a-t-il déclaré.