La clé du traitement de la tuberculose réside peut-être dans un glucide commun. Ce que nous savons jusqu’à présent





Curdlan est un glucide populaire dans l’industrie alimentaire. Son nom est dérivé du mot « caille », et comme il le suggère, il est largement utilisé comme épaississant et stabilisant dans tout, des saucisses aux substituts du lait.

Plus récemment, il a attiré l’attention des industrie pharmaceutique. En effet, le curdlan, lui-même produit par des bactéries, est capable de déclencher une réponse antibactérienne dans une gamme d’environnements et d’organismes. Entre autres utilisations, les chercheurs sont regarder curdlan comme traitement possible des cancers et autres maladies.

L’une de ces maladies est la tuberculose (TB), l’infection responsable de tuer plus de gens que toute autre maladie infectieuse dans l’histoire de l’humanité. Afrique du Sud a l’un des fardeaux de tuberculose les plus élevés au monde – avec 29 autres pays, dont l’Inde et la Chine. Ces pays contribuent à 86 % de la production mondiale 10 millions de cas de tuberculose par an. Le fardeau combiné de la tuberculose, de la tuberculose/VIH et de la tuberculose multirésistante (TB-MDR) en Afrique du Sud, entraîné par des facteurs socio-économiques et son taux élevé de VIH Nombresest particulièrement inquiétant.

Les remèdes existants composés de cocktails d’antibiotiques ne sont pas efficaces contre la TB-MR. Cela a suscité un intérêt pour la recherche de traitements alternatifs. C’est pourquoi notre groupe de recherche à l’École de pharmacie de l’Université du Cap occidental, et d’autres, commencent à tester l’efficacité du curdlan en tant que candidat médicament potentiel.

Dans un article récentpar exemple, nous montrons des résultats très prometteurs pour le traitement potentiel de la tuberculose à l’aide de nanoparticules à base de curdlan.

Comment la tuberculose infecte

Notre travail se concentre sur le développement de thérapies dirigées par l’hôte à l’aide de curdlan. De tels traitements laissent essentiellement l’humain système immunitaire faire le gros du travail. Cela se fait en activant ses mécanismes antibactériens naturels tout en contrôlant l’inflammation qui résulte d’une telle activation. L’inflammation est un signal que le système immunitaire fonctionne. Mais si l’inflammation n’est pas maîtrisée, elle peut causer des dommages importants aux tissus humains, comme on le voit dans les cas graves. Infections au COVID-19.

La recherche a déjà montré que les thérapies dirigées par l’hôte tiennent immense potentiel pour le traitement de la tuberculose.

Pour comprendre le fonctionnement de ces thérapies, il est important de comprendre comment l’infection tuberculeuse se propage dans le corps humain.

La primo-infection tuberculeuse survient lorsqu’une personne inhale des gouttelettes d’aérosol, émises par des individus contagieux, qui contiennent Mycobacterium tuberculosis (VTT). C’est la bactérie qui cause la tuberculose. Une fois inhalé, VTT se dirige rapidement vers l’espace alvéolaire des poumons, composé de minuscules sacs aériens situés à l’extrémité des bronchioles, qui sont les passages d’air à l’intérieur des poumons.

Ici, il est absorbé par ce qu’on appelle les macrophages alvéolaires, les cellules pulmonaires qui sont généralement la première ligne de défense contre les polluants et les organismes pathogènes. Typiquement, ces macrophages déclencheraient une réponse immunitaire dans le corps. Mais VTT a évolué si habilement qu’il élude ou éteint cette réponse de déclenchement immunitaire dans les macrophages. Ces macrophages alvéolaires deviennent son siège d’infection ; la bactérie reste cachée dans ces cellules.

Pour qu’un traitement réussisse, il doit naviguer dans un foule d’obstacles atteindre VTT. Il doit se frayer un chemin à travers des lésions pulmonaires complexes, puis pénétrer la membrane cellulaire des macrophages et d’autres cellules hôtes, et enfin être absorbé par le VTT assis dans ces cellules.

C’est là que les nanoparticules entrent en scène.

De minuscules « tireurs d’élite »

Les nanoparticules sont extrêmement petites. Ils vont de 1 à 100 nanomètres ; pour une certaine perspective, il y a un million de nanomètres dans un seul millimètre. En théorie, et comme le montre laboratoires et les traitements existants pour d’autres conditions comme cancer, les nanothérapies permettent aux médicaments de cibler les agents pathogènes avec une précision comparable à celle d’un tireur d’élite. Ils ont également le potentiel de s’attaquer à la non-observance des patients qui peut conduire à une tuberculose résistante aux médicaments.

La les raisons pour la non-observance sont variées et complexes, mais la durée de la thérapie elle-même est un facteur. Les traitements existants exigent que, selon la gravité et l’évolution de la maladie, les patients prennent de nombreux médicaments sur une période pouvant aller jusqu’à six mois. La Cours de traitement pour la tuberculose multirésistante dure jusqu’à 24 mois.

Il a été démontré que cette charge élevée de pilules, associée à des effets secondaires parfois toxiques, accable les patients. Beaucoup ne retournent pas dans les cliniques et les hôpitaux pour des contrôles, surtout lorsqu’ils se sentent mieux après quelques semaines. Certains arrêtent de prendre leurs médicaments. Cela pourrait être à l’origine de l’augmentation des souches résistantes aux médicaments. On pense également que ce non-respect est la cause de la faiblesse relative de l’Afrique du Sud. mortalité élevée due à la tuberculose.

Les médicaments traditionnels sont pris par voie orale ou intraveineuse. Ils voyagent dans tout le corps via le système circulatoire sanguin. De nombreuses molécules médicamenteuses n’atteignent pas leurs cibles, restant dans le corps où elles provoquent plusieurs effets secondaires négatifs. C’est là que les traitements à base de nanoparticules ont le le dessus: ils sont extrêmement ciblés et leur diffusion dans le système est très contrôlée. De plus petites doses sont nécessaires et il y a moins de dispersion autour du corps, ce qui signifie moins d’effets secondaires.

Des découvertes prometteuses

Tous ces facteurs suggèrent que les traitements à base de nanoparticules pourraient être la bonne approche à adopter contre la tuberculose. Et deux découvertes intéressantes de notre étude renforcent le cas.

Premièrement, nous avons observé la production de ce qu’on appelle des cytokines pro-inflammatoires, une molécule de signalisation qui déclenche un effet antibactérien dans les cellules immunitaires. Cela signifiait que les nanoparticules faisaient ce qu’elles étaient censées faire.

Deuxièmement, nous avons constaté que le VTT les bactéries dans les cellules immunitaires ont été considérablement réduites sur une période de 72 heures.

Ces résultats suggèrent que les nanothérapies curdlan sont une voie à explorer dans le traitement de la tuberculose. Il reste encore beaucoup à faire, mais c’est une étape importante vers la lutte contre la tuberculose – en Afrique du Sud et partout ailleurs.

Admirez DubéProfesseur agrégé, Sciences pharmaceutiques, Université du Cap occidental

Cet article est republié de La conversation sous licence Creative Commons. Lis le article original.



Source_link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :