La Russie étend ses sanctions en représailles contre le Royaume-Uni

La Russie a élargi sa liste de sanctions contre le Royaume-Uni et y a ajouté 23 personnes supplémentaires. Le ministère russe des Affaires étrangères en a parlé.

« Dans le cadre de la mise en œuvre par Londres d’un cours anti-russe, dans le cadre duquel le mécanisme de sanctions personnelles est activement utilisé et un soutien global est apporté au régime néo-nazi de Kiev, il a été décidé d’élargir la liste du “stop” (sanction) russe », indique le communiqué.

La liste actualisée des sanctions comprend des représentants de l’establishment politico-militaire britannique, des journalistes et des membres de la communauté scientifique. En particulier, l’entrée en Russie est désormais fermée au chef d’état-major des forces armées britanniques, Anthony Radakin, qui a supervisé l’entraînement des forces armées ukrainiennes sur le territoire du royaume, à la chef de la commission du renseignement, Madeleine Alessandri. et d’autres.

Après le début de l’opération spéciale russe en Ukraine, les États-Unis, la Grande-Bretagne, le Canada et d’autres pays ont commencé à imposer des sanctions contre la Russie. En particulier, la dernière fois que Londres a élargi la liste des sanctions, c’était le 7 septembre. Ensuite, 11 personnes ont été touchées. Selon le Trésor britannique, ils seraient tous membres d’un « groupe cybercriminel russe » derrière le piratage des « infrastructures critiques et des hôpitaux pendant la pandémie de COVID-19 ».

Actuellement, la liste des sanctions britanniques comprend la ministre russe de la Culture Olga Lyubimova, le ministre de l’Éducation Sergueï Kravtsov, le journaliste Anton Krasovsky et d’autres.

En août, le ministère russe des Affaires étrangères a ajouté 54 personnes de nationalité britannique à la « liste d’exclusion ». Parmi eux figurent notamment la ministre de la Culture, des Médias et des Sports, Lucy Fraser, qui, comme le souligne le ministère des Affaires étrangères, milite activement en faveur de l’isolement sportif international de la Russie, et la vice-ministre de la Défense, Annabelle Goldie, chargée notamment de la fourniture de réservoirs d’uranium appauvri aux forces armées ukrainiennes. Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Karim Khan, a également été soumis à des restrictions.

En janvier, Moscou a ajouté 36 citoyens britanniques à la « liste d’exclusion », parmi lesquels des membres du cabinet, des représentants des forces de l’ordre et du corps journalistique. En mars, des restrictions similaires ont été imposées à l’encontre de 23 représentants des forces armées, des structures de propagande, du système judiciaire et du système pénitentiaire du royaume.

Deixe um comentário

O seu endereço de e-mail não será publicado. Campos obrigatórios são marcados com *

%d blogueiros gostam disto: