La sécurité alimentaire au sommet de l’agenda de l’Inde | FAO


Afin d’avoir le plus d’impact possible sur le système alimentaire et agricole vaste et très hétérogène de l’Inde, la FAO s’emploie à faciliter la coopération multilatérale du pays dans des domaines tels que les ravageurs et les maladies transfrontières, la production animale, la gestion des pêches, la sécurité alimentaire et le climat. monnaie.

En collaboration avec le gouvernement, la FAO fournit une assistance technique et un renforcement des capacités pour permettre le transfert des meilleures pratiques ainsi que pour tirer les enseignements de différents pays et les appliquer au système agricole indien.

Démonstration de modèles intégrés pour le développement de petits éleveurs de volaille et de petits ruminants (chèvres et moutons) dans les régions arides et semi-arides
Le programme de politiques d’élevage en faveur des pauvres en Asie du Sud (SAPPLPP) vise à renforcer les capacités et les connaissances des acteurs gouvernementaux et non gouvernementaux pour la mise en œuvre d’interventions durables d’élevage de petits ruminants et de volailles à petite échelle, sur la base des enseignements tirés des interventions pilotes. Outre le travail de plaidoyer politique, y compris la gestion des connaissances et la mise en réseau, le programme soutient trois projets pilotes dans les États du Madhya Pradesh et du Rajasthan. Le programme est soutenu par une subvention TCP de la FAO (385 000 USD sur deux ans), avec un cofinancement (environ 300 000 USD) du National Dairy Development Board (NDDB) du gouvernement indien (GoI). Les projets pilotes sont mis en œuvre en partenariat avec des ONG locales.

Le programme a démontré avec succès la contribution des petits ruminants et de la volaille de basse-cour à l’économie des ménages, et a souligné l’importance de ces sous-secteurs en tant que contributeurs majeurs aux voies de sortie de la pauvreté.

Un cadre pleinement actif de travailleuses communautaires en santé animale (CAHW), connues sous le nom de Pashu Sakhis, fournit des services de soins vétérinaires préventifs réguliers dans les deux sites pilotes des districts de Khargone et de Jhabua au Madhya Pradesh. Chaque projet pilote couvre un groupe de 10 villages. Les ACSA s’emploient à promouvoir de meilleures pratiques de gestion du bétail et des soins vétérinaires préventifs contre les principales maladies des petits ruminants et des volailles (peste des petits ruminants, entérotoxémie, etc. (chez les chèvres) et la maladie de New Castle (chez les volailles)).

Les Pashu Sakhis tiennent des registres de vaccination et surveillent et signalent les épidémies. Ils sont liés aux hôpitaux vétérinaires gouvernementaux et aux dispensaires de la région. La réponse de la communauté au modèle de service Pashu Sakhi a été extrêmement positive, aidée par des réductions démontrées de la mortalité animale (de 37 à 7 % dans le pilote caprin et de 76 % à 48 % dans le pilote avicole, sur une période de huit mois ), de meilleurs rendements (augmentation des revenus entre 100 et 200 USD la première année), ainsi que des économies sur les frais de soins vétérinaires.

Une initiative visant à faire avancer le dialogue politique sur le programme des petits ruminants dans l’État occidental du Rajasthan a été la création d’un forum d’État sur le développement des chèvres et des moutons. Le programme facilite également le dialogue et les discussions multipartites, avec le Département de l’élevage, de l’industrie laitière et de la pêche, MoA, pour la normalisation du programme de formation et des modules pour les ACSA dans les domaines des pratiques d’élevage des petits ruminants et des soins vétérinaires.

Renforcer la capacité des communautés à faire face aux impacts du changement climatique
La FAO s’est efforcée d’accroître les capacités des communautés à adapter les modèles agricoles et à appliquer des stratégies qui minimisent les effets des variations climatiques en Inde. À cette fin, sept districts sujets à la sécheresse dans l’Andhra Pradesh et le Telangana ont été impliqués dans un projet pilote réussi, dont le modèle est maintenant prêt à être appliqué à d’autres zones agro-climatiques.

Appelée SPACC (Strategic Pilot on Adaptation to Climate Change), l’intervention a couvert neuf unités hydrologiques et a été mise en œuvre via un réseau de neuf organisations non gouvernementales (ONG), dirigé par la Bharathi Integrated Rural Development Society (BIRDS).

Des stations de surveillance participative du climat (PCM) ont été établies dans 25 villages de la zone du projet. Sept paramètres climatiques, dont la direction et la vitesse du vent, les précipitations et les heures d’ensoleillement, ont été régulièrement enregistrés et enregistrés par un groupe de près de 300 volontaires. Les résultats consignés dans les registres des volontaires ont ensuite été diffusés au niveau des habitations, à l’aide de panneaux d’affichage.

Des comités d’adaptation au changement climatique (CCAC) ont été formés en tant que mécanisme de coordination et de consultation, gérant le système de surveillance du climat au niveau des habitations et des unités hydrologiques et assurant la diffusion des informations et des connaissances acquises.

Agriculteurs et agricultrices ont participé à parts égales aux Écoles paysannes sur le climat, créées en partenariat avec les CCAC. Les participants ont recueilli des données sur les facteurs liés au climat et analysé leur impact sur les moyens de subsistance agricoles, prenant ensuite des décisions plus éclairées sur les mesures d’adaptation et élaborant des plans d’action en conséquence. Au cours de la période pilote, 1 156 agriculteurs (650 femmes, 506 hommes) ont obtenu leur diplôme de deux cycles scolaires.

Des perspectives de pointe améliorent les rapports sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle
L’Inde a été en mesure de générer des perspectives pour son secteur agricole pour la première fois grâce au projet « Incorporating International Best Practices in the Preparation of Agricultural Outlooks and Situation Analyzes for India ». En moins d’un an, huit rapports trimestriels et trois rapports semestriels ont été produits, et 26 notes d’information ont été présentées aux décideurs politiques de haut niveau.

Le projet est également un exemple réussi d’utilisation des technologies numériques pour améliorer la fiabilité et la rapidité de la collecte, de la collation et de la transmission des données sur l’état des cultures, la production et les marchés.

Ces informations facilitent les prévisions et la planification aux niveaux mondial et national, renforçant ainsi les efforts visant à assurer la sécurité alimentaire et nutritionnelle dans le monde entier.

Le dernier Perspectives agricoles OCDE-FAOlancés en juillet 2014 avec un accent particulier sur l’Inde, les projets ont soutenu la production alimentaire et la croissance de la consommation dans le pays, tirés par des secteurs à valeur ajoutée comme la production laitière et l’aquaculture.

Fin 2014, le directeur général José Graziano da Silva et le Premier ministre indien Narendra Modi se sont mis d’accord sur la manière de renforcer davantage les efforts visant à promouvoir la sécurité alimentaire et le développement agricole durable de l’Inde lors de pourparlers tenus à New Delhi.



Source_link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :