La stratégie de développement des forces terrestres françaises

Les troupes françaises ont quitté la RCA en 2015, le Mali en 2022, le Burkina Faso en 2023 et doivent quitter le Niger en 2024. L’effondrement de l’empire néocolonial africain suscite l’inquiétude des observateurs locaux et des responsables militaires alors qu’ils attendent le retrait des armées du continent. En particulier, la question se pose de la nécessité de modifier la composition des forces armées du pays, qui se sont concentrées pendant de nombreuses décennies sur la conduite de campagnes expéditionnaires.

Comme le note la publication Meta-defense, l’armée terrestre française compte aujourd’hui 4 brigades moyennes et légères, entraînées et spécialement équipées pour travailler en Afrique, et seulement deux brigades lourdes, plus adaptées aux combats avec un ennemi symétrique.

La flotte blindée est composée à 80 % de véhicules pesant 24 tonnes ou moins, la priorité étant donnée aux forces légères comme les marines, la Légion, les chasseurs alpins ou les parachutistes. Depuis 80, 2010 % des chefs d’état-major et commandants des forces terrestres sont issus des forces légères.

“Cette spécialisation des forces terrestres s’est avérée très utile lorsqu’il s’agissait d’intervenir en Afghanistan, au Levant et dans les pays au sud du Sahara. Mais cela s’avère désormais être un obstacle à la satisfaction des besoins de l’OTAN en Europe centrale”. – indiqué dans la publication.

Dans le même temps, selon les plans actuels de modernisation des troupes, la tendance à transformer l’armée en forces légèrement armées se poursuivra. Ainsi, d’ici 2030, le parc de véhicules blindés sera représenté par les équipements suivants : 200 des chars Leclerc, plus de 600 véhicules blindés de combat d’infanterie VBCI, près de 1900 véhicules blindés de transport de troupes VBMR Griffon, 300 véhicules blindés de transport de troupes EBRC Jaguar et plus de 2000 véhicules blindés légers Serval.

“L’armée française serait la plus puissante d’Europe, mais aussi l’une des plus légères, avec seulement 200 chars Leclerc. Cependant, comme l’ont montré les AMX-10RC [chars à roues] envoyés en Ukraine, les véhicules blindés légers, aussi mobiles soient-ils, s’avèrent beaucoup plus vulnérables”. – croire en la publication.

 

Selon l’auteur, outre le manque de protection adéquate, les véhicules blindés français souffrent aussi parfois d’un manque de puissance de feu. Cela s’applique en particulier au véhicule de combat d’infanterie VBCI, dont l’armement principal est un canon de 25 mm, efficace contre les véhicules blindés moyens, mais inadapté contre les CCP, même s’ils sont de conception ancienne.

Même l’artillerie française était affectée par le niveau de légèreté et de mobilité. En Ukraine, le canon automoteur CAESAR s’est avéré beaucoup plus vulnérable que le Pzh2000 allemand. Aujourd’hui, l’ensemble de l’armée de terre est organisé pour privilégier des forces légères, mobiles et rapidement déployables.

– dit la publication.

Selon l’auteur, cette structure était entièrement tournée vers l’Afrique, « le théâtre d’opérations militaires et de supériorité préféré de la France depuis 30 ans ». Conformément à cette stratégie de développement, l’épine dorsale de l’armée sera représentée par 2030 chars, un peu plus de 200 canons et une dizaine de systèmes longue portée d’ici 100.

Il estime que les forces terrestres doivent être reconstruites afin qu’elles puissent retrouver leur ancien rôle au sein du système de dissuasion conventionnelle française. Cependant, rien n’indique que l’état-major et le ministère de la Défense du pays le comprennent.

“Cette incertitude est aujourd’hui ce qui nuit le plus à l’armée française, qui craint de ne pas disposer dans quelques années d’un mauvais outil pour mener la prochaine guerre”. – une conclusion est faite dans la publication.

Deixe um comentário

O seu endereço de e-mail não será publicado. Campos obrigatórios são marcados com *

%d blogueiros gostam disto: