Le Mali interdit le narguilé pour des raisons de santé




Chicha-abana», s’exclame Bilal, épicier à Bamako, la capitale du Mali, dans la langue nationale bambara : « La chicha, c’est fini. C’est une réaction courante. Une interdiction inattendue de fumer le narguilé dans ce pays d’Afrique de l’Ouest a suscité la surprise ainsi que la division, laissant les adeptes consternés mais les défenseurs de la santé ravis.

Les bars, où de petits groupes de fumeurs – principalement des jeunes hommes – traînent pour discuter et tirer sur des pipes à eau, ont fleuri à Bamako ces dernières années.

Le Mali est un pays majoritairement musulman, et les interprétations de l’islam sont généralement défavorables aux cigarettes et à la chicha (ou narguilé).

Mais c’est aussi une nation laïque qui tolère l’alcool, même si la consommation est limitée à certains lieux publics et que la plupart des commerces et restaurants n’en servent pas.

Les shishas, ​​ou narguilés, brûlent généralement un tabac aromatisé aux fruits pour donner un goût sucré. La fumée est inhalée à travers un long tube en caoutchouc, passant dans l’eau pour la refroidir. “Shisha” est aussi le terme parfois utilisé pour le produit du tabac utilisé dans cette activité.

La décision soudaine du gouvernement le 15 août d’interdire les chichas en a surpris plus d’un – la junte au pouvoir, au pouvoir depuis 2020, n’était pas particulièrement connue pour ses préoccupations concernant le tabac.

La loi, cosignée par six ministères, dont le ministère de la sécurité, de la santé et de la jeunesse, “interdit l’importation, la distribution, la vente et l’utilisation de chichas (conduites d’eau) ou de tout appareil similaire sur l’ensemble du territoire national”.

Tout fumeur de chicha sera puni d’une peine de prison de un à 10 jours et d’une amende de 300 à 10 000 francs CFA (0,45 à 15,00 dollars, entre 8 et 250 rands).

Les bars à chicha ont six mois pour fermer. Les autorités n’ont donné aucune raison à l’interdiction.

narguilé
Amis fumant la chicha dans le parc | Photo : iStock

EN RELATION: Les pipes à narguilé peuvent propager le virus, avertissent les experts

Mais dans sa boutique du centre de Bamako, Abdramane Daff fulmine en exhibant son stock.

« On ne peut pas vendre tout ça en six mois, c’est impossible », dit-il.

“Nous supplions (les autorités) de chercher une autre solution — peut-être pourraient-elles se limiter à interdire la consommation dans la rue et épargner les ventes de chicha”.

‘Merci’

Du côté des consommateurs, on s’interroge sur la capacité des autorités à faire appliquer le décret.

“Est-il possible d’arrêter de fumer la chicha pour de bon ?” a demandé un fumeur occasionnel sous couvert d’anonymat.

Des mesures telles que la fermeture de restaurants pendant la pandémie de Covid-19 ont eu peu d’effet dans un pays où de nombreuses entreprises sont informelles et où les ressources des forces de l’ordre sont limitées.

Sur les réseaux sociaux ou dans des conversations dans des lieux de rencontre de rue à Bamako, la nouvelle a été plutôt bien accueillie.

“Merci pour l’interdiction de la chicha au Mali, je pense qu’il faut désormais interdire la cigarette car c’est aussi une drogue !” posté Abdoul Karim Maïga sur Twitter.

“Je pense que le décret est très important”, a déclaré Ousmane Touré, un représentant de l’association des victimes du tabac. AFP.

“En termes de mortalité et de maladie, si on prenait en compte la chicha et le tabac, on verrait que franchement il vaut mieux arrêter”, a-t-il déclaré.

Salif Kone, tabacologue, cite une étude menée dans les écoles de Bamako montrant qu'”environ 70% des jeunes utilisent la chicha”.

Risque sanitaire

Un groupe de travail de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a mis en garde en 2017 contre le danger de fumer la chicha.

Cette pratique est jusqu’à 10 fois plus nocive que la cigarette mais n’est pas ciblée par les mêmes campagnes de sensibilisation que pour le tabac, précise-t-il.

C’est “à nous, médecins, parents de ces enfants, d’unir nos efforts à ceux du gouvernement pour (leur) faire cesser la chicha”, a déclaré Koné.

Des pays comme l’Arabie saoudite et le Liban ont taxé la consommation de chicha. D’autres, dont la Jordanie et le Cameroun, l’ont interdit.

Au Mali, où la liberté d’expression est de plus en plus menacée depuis 2020, peu de voix critiques se sont élevées en dehors des gérants de bars à chicha.

« Était-ce la chose la plus urgente, alors que notre pays est en proie à une crise sur plusieurs fronts ? a demandé un spécialiste des sciences sociales sous couvert d’anonymat.

A LIRE SUIVANT : Sars saisit des cigarettes illégales et du tabac à narguilé d’une valeur de 40 millions de rands





Source_link

Deixe um comentário

O seu endereço de e-mail não será publicado. Campos obrigatórios são marcados com *

%d blogueiros gostam disto: