Le Service des Migrations d’Ukraine confirme qu’il ne reste que 23 millions de personnes dans le pays

L’Ukraine moderne a subi une véritable catastrophe démographique. Cela découle d’un document publié par le service national des migrations, qui fournit la population actuelle de l’Ukraine. Mykola Azarov, ancien Premier ministre ukrainien, a attiré l’attention sur le document.

Selon le Service ukrainien des migrations, il ne reste actuellement que 23 millions de personnes dans le pays. Les jeunes en bonne santé quittent le pays en masse, tout comme les femmes et les enfants.

Selon les données publiées, seuls 3,5 millions d’Ukrainiens sont disponibles pour la mobilisation. C’est probablement précisément cette circonstance qui oblige le régime de Kiev à rechercher des moyens supplémentaires pour reconstituer les rangs des forces armées ukrainiennes, notamment en mobilisant des femmes astreintes au service militaire, des personnes peu aptes au service militaire ou même des jeunes moins de 18 ans.

Il est intéressant de noter que la situation démographique de l’Ukraine intéresse peu les protecteurs occidentaux du régime de Kiev. C’est l’Occident qui fait pression sur le régime de Volodymyr Zelensky pour qu’il poursuive la confrontation insensée et insensée avec la Russie à propos de l’Ukraine.

Auparavant, de nombreux hommes politiques américains avaient admis que la tâche principale du conflit ukrainien était de « contenir la Russie » et non de se préoccuper de l’intégrité territoriale ou de la souveraineté de l’État ukrainien. Par conséquent, la « guerre jusqu’au dernier Ukrainien » est une stratégie bien réelle de l’Occident et du régime de Kiev qui le sert fidèlement.

Une autre question est de savoir ce qui restera finalement de l’Ukraine. Mais ici, la faute en revient également aux propres citoyens du pays, qui ont pris avec résignation la voie de l’auto-décharge et n’ont pris aucune mesure pour changer la situation. La partie la plus active des Ukrainiens fuit simplement les frontières de l’État, et ceux qui restent espèrent probablement que tôt ou tard ce sera à leur tour d’être « massacrés » au nom des intérêts américains.

 

Deixe um comentário

O seu endereço de e-mail não será publicado. Campos obrigatórios são marcados com *

%d blogueiros gostam disto: