Le Swaziland se tourne vers un secteur agricole revitalisé | FAO


La grande majorité des 1,2 million d’habitants du Swaziland dépendent de l’agriculture de subsistance pour leur subsistance, qui a été considérablement handicapée par une économie en difficulté et les récentes sécheresses liées au changement climatique. Selon les chiffres récents de la FAO sur la faim, une personne sur trois au Swaziland est sous-alimentée. En réponse, le projet de développement agricole du Swaziland (SADP) a été lancé avec l’aide de l’Union européenne et de la FAO en 2009. Les objectifs du programme quinquennal étaient d’améliorer la sécurité alimentaire et la nutrition des personnes vulnérables et d’aider à transformer l’agriculture dans un secteur commercial dynamique. Plus de 20 000 petits exploitants agricoles ont appris à produire de plus grandes quantités d’aliments de haute qualité et à se connecter à de nouveaux marchés. En outre, les travaux de construction et de réhabilitation dans le secteur de l’élevage, les infrastructures hydrauliques et les services gouvernementaux ont également été les principales priorités du SADP. Dans le cadre du programme, 800 potagers familiaux ont été créés pour les ménages vulnérables et 60 groupes de jeunes ont été créés, touchant 2 250 jeunes.

L’activité agricole a diminué au Swaziland au cours des deux dernières décennies. Cela est dû en grande partie au fait que le pays a récemment été frappé par une série de sécheresses liées au changement climatique. Plus de 70 pour cent de la population totale du pays (un peu plus d’un million) dépendent de l’agriculture de subsistance et, dans les conditions actuelles, beaucoup survivent avec seulement un dollar par jour. Selon les chiffres les plus récents de la FAO sur la faim, une personne sur trois au Swaziland est sous-alimentée.

En réponse, le Projet de développement agricole du Swaziland (SADP) a été lancé avec l’aide de la FAO et de l’Union européenne en 2009. L’initiative dirigée par le gouvernement vise à améliorer la sécurité alimentaire et la nutrition des ménages ruraux vulnérables et à revitaliser l’agriculture, en la transformant en un secteur commercial dynamique. Cinq ans après le début du programme, l’agriculture est en passe de devenir un moteur clé du développement du Swaziland.

A commencer par les jeunes
Au début, le SADP s’est concentré sur les personnes les plus vulnérables, notamment les jeunes et les personnes âgées. Plus de 800 potagers de basse-cour ont été créés pour les ménages ruraux pauvres, ce qui leur a permis de cultiver des légumes pour leur propre consommation ou pour les vendre au sein de la communauté. De plus, 60 groupes de jeunes ont été formés. Les groupes de jeunes (touchant 2 250 jeunes) ont reçu un financement pour créer de petites entreprises dans les domaines de l’aviculture, de la production porcine et de la production maraîchère et végétale. En juin 2012, l’un des groupes a mené un projet avicole après avoir reçu une formation sur l’élevage de poulets et la reconnaissance des maladies. Au cours de leur première année d’activité, ils ont vendu 1 200 poulets et se sont partagé les bénéfices. Le programme a également mis en place un système d’identification et de traçabilité du bétail du Swaziland (SLITS) pour garantir que chaque animal au Swaziland est traçable à vie.

Tout tourne autour des petits exploitants
Progressivement, le SADP a également commencé à éduquer les petits exploitants agricoles sur les bonnes pratiques agricoles, leur permettant de cultiver plus et de meilleurs produits. Plus de 20 000 agriculteurs ont été soutenus dans l’agriculture de conservation, l’agroforesterie et la multiplication des semences, des pratiques qui préservent l’environnement et diminuent la pression sur des ressources naturelles limitées.

L’un des principaux défis auxquels ils sont confrontés est le manque d’accès à l’eau. Pour résoudre ce problème, le SADP a supervisé la construction d’un barrage en terre, de deux déversoirs et d’un forage, ainsi que la réhabilitation de deux autres barrages en terre et le développement de cinq périmètres irrigués. L’un des barrages, situé dans le village de Mayandzeni, souffrait depuis longtemps d’un manque d’entretien, altérant son potentiel d’irrigation. Depuis sa réhabilitation, 63 agriculteurs se sont regroupés pour gérer l’eau du barrage et irriguer leurs champs.

« Avec un débit d’eau constant, les agriculteurs ne dépendent plus des précipitations pour se développer », explique Makhosini Khosa, qui a dirigé les travaux d’infrastructure hydraulique pour le compte du gouvernement. « C’est essentiel si vous voulez passer à la commercialisation. »

Le passage à la commercialisation
L’un des principaux objectifs du programme est d’aider les petits exploitants agricoles à passer de l’agriculture de subsistance à l’agriculture commerciale. Pour faciliter cela, un fonds d’investissement marketing d’un million d’euros a été créé pour renforcer le lien entre les agriculteurs et le marché. L’un des bénéficiaires du fonds est Eswatini Kitchen, une petite usine de transformation alimentaire située à la périphérie de Mazini, la capitale économique du Swaziland. Eswatini Kitchen produit des confitures, des sauces et des chutneys, fabriqués principalement à partir des fruits et légumes de petits agriculteurs et vendus dans le monde entier via des réseaux de commerce équitable. L’usine est une excellente source de revenus pour les petits agriculteurs, qui ont souvent du mal à transporter leurs produits vers les marchés, ainsi qu’à concurrencer les prix de l’Afrique du Sud voisine.

L’un de ces agriculteurs est Sipho Matisa, un employé du gouvernement à la retraite qui soutient une famille de 18 personnes. Le poivre de Cayenne qu’il cultive est utilisé pour faire une sauce notoirement piquante appelée Swazi Fire. Il préfère vendre à Eswatini Kitchen car ils achètent toute sa récolte en une seule fois. Cela lui fait plaisir de savoir que son poivre, converti en Swazi Fire, est vendu dans le monde entier. Il dit : « Cela me donne la responsabilité de produire la meilleure qualité possible.

Avancer
« Le Swaziland peut y arriver », a déclaré Nehru Essomba de la FAO, conseiller technique en chef du SADP. « Ils ont le potentiel d’exporter. Dans l’élevage, par exemple. Ou dans des cultures de niche. Tout ce qu’il faut maintenant, c’est réfléchir.

Maintenant que le programme est dans sa phase finale, des plans sont en cours d’élaboration pour l’avenir. Un plan décennal d’investissement agricole est en cours d’élaboration. Le plan, en cours d’élaboration par le gouvernement et les partenaires régionaux, vise un taux de croissance annuel moyen de six pour cent dans l’agriculture d’ici 2015. Le plan est conforme à la principale initiative de développement agricole de l’Afrique, connue sous le nom de PDDAA. Les gouvernements qui ont adhéré à cette initiative dirigée par l’Afrique ont convenu d’augmenter les dépenses publiques consacrées à l’agriculture d’au moins dix pour cent de leurs budgets. Au Swaziland, cela pourrait faire de l’agriculture le moteur du développement économique du pays.



Source_link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :