Le VIH, un « problème de santé critique » parmi les consommateurs de drogues en Thaïlande — Enjeux mondiaux


Les autorités thaïlandaises travaillent aux côtés des agences des Nations Unies non seulement pour améliorer la disponibilité des services suite au changement dans la manière dont les personnes sont condamnées pour des délits liés à la drogue, mais aussi pour réduire la stigmatisation des personnes qui consomment des drogues et s’assurer qu’elles ont accès aux services où elles se sentent à l’aise.

Actualités de l’ONU parlé avec le ONUSIDA directeur de pays, Patchara Benjarattanaporn, et Karen Peters, responsable du programme régional sur la drogue et la santé pour l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), sur les possibilités d’accès aux soins pour les personnes qui consomment de la drogue.

Patchara Benjarattanaporn, directeur national de l'ONUSIDA en Thaïlande.

ONU Info/Daniel Dickinson

Patchara Benjarattanaporn, directeur national de l’ONUSIDA en Thaïlande.

Patchara Benjarattana: Les nouvelles infections à VIH en Thaïlande sont en baisse par rapport à 2010. Cependant, la baisse n’est pas suffisante pour parvenir à la fin du sida d’ici 2030, ce qui est un engagement pris par toutes les nations dans le cadre du troisième objectif de développement durable, ODD 3. Ainsi, le VIH reste un problème de santé critique.

Il y a environ 57 000 personnes en Thaïlande qui s’injectent des drogues. Selon notre dernière enquête en 2020, 7,8 % de ces personnes sont infectées par le VIH. Une autre infection très courante chez les consommateurs de drogues injectables est l’hépatite C, qui affecte le foie. Quelque 42 % étaient infectés, ce qui est extrêmement préoccupant pour ONUSIDA.

Karen Peters, ONUDC.

ONU Info/Daniel Dickinson

Karen Peters, ONUDC.

Karen Peters: À ONUDC, l’un des enjeux sur lesquels nous nous concentrons est la réduction des conséquences sanitaires et sociales liées à la consommation de drogues en soutenant les interventions de réduction des méfaits. Les personnes qui s’injectent des drogues courent un risque plus élevé de contracter le VIH en raison du partage d’aiguilles et d’autres comportements à risque, par exemple, avoir des rapports sexuels sans utiliser de préservatif.

Patchara Benjarattana: La recherche suggère que les personnes qui s’injectent des drogues sont 35 fois plus susceptibles de contracter le VIH que les personnes qui ne s’injectent pas. La prévalence est élevée en raison de ces comportements à risque, mais il existe d’autres obstacles structurels importants à l’accès aux traitements. Le cadre juridique extrêmement punitif qui existait auparavant ainsi que la stigmatisation et la discrimination ont été des facteurs importants empêchant les personnes d’accéder aux soins et aux services.

Karen Peters: L’ONUDC soutient la réponse nationale de réduction des risques en réunissant un large éventail de parties prenantes, de gouvernements, d’organisations de la société civile et d’agences des Nations Unies pour discuter des plans de mise en œuvre des mesures de réduction des risques sous les auspices de la nouvelle loi. La Fondation Ozone, par exemple, qui a son siège à Bangkok, la capitale de la Thaïlande, est une organisation communautaire dirigée par des pairs qui vise principalement à réduire les dommages causés par les drogues. Il a été créé et est géré par des personnes qui ont de l’expérience dans la consommation de drogues, qui fournissent des conseils et des services dans un environnement sans jugement ni discrimination. Les clients qui viennent chez Ozone apprécient d’être conseillés par des personnes partageant les mêmes idées.

Un agent de santé de la Fondation Ozone à Bangkok, en Thaïlande, prépare un test de dépistage de l'hépatite C.

© ONUSIDA Thaïlande/Cedriann Mart

Un agent de santé de la Fondation Ozone à Bangkok, en Thaïlande, prépare un test de dépistage de l’hépatite C.

Patchara Benjarattana: Des endroits comme Ozone aident à réduire la stigmatisation à laquelle sont confrontés les consommateurs de drogues et les encouragent à se faire soigner. Une transformation significative du système de santé thaïlandais a également joué un rôle important. La couverture sanitaire universelle (CSU) a été introduite en Thaïlande en 2002 et a ouvert la voie à des soins complets, y compris des services essentiels comme le dépistage du VIH, la prophylaxie pré-exposition ou la PrEP, l’orientation vers le traitement, le dépistage et le traitement des infections sexuellement transmissibles (IST) et de l’hépatite C.

Il y a encore beaucoup de travail à faire; un pourcentage assez faible de personnes qui s’injectent des drogues sont inscrites à un traitement antirétroviral, ou ART, qui est utilisé pour traiter le VIH. Dans la population générale, environ 90 % des personnes séropositives reçoivent un traitement antirétroviral, mais ce chiffre est inférieur à 50 % chez les consommateurs de drogues injectables.

Karen Peters: Une nouvelle loi sur les stupéfiants introduite en décembre 2021 a également modifié le récit de manière positive autour des personnes qui consomment de la drogue. Historiquement, la Thaïlande a eu des lois très punitives qui criminalisent les délinquants toxicomanes. La nouvelle loi prévoit des peines différenciées pour les délits liés à la drogue et des alternatives à l’emprisonnement pour certaines infractions. Pour la première fois, il semble que la santé et le bien-être des personnes qui consomment des drogues soient pris en compte.

Patchara Benjarattana: Nous travaillons sur la prévention du VIH dans plusieurs agences des Nations Unies en Thaïlande, en particulier l’ONUSIDA, l’ONUDC, le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Nous nous concentrons sur ces groupes clés, ces populations cachées, en promouvant des services dirigés par la communauté, qui doivent être fournis près des personnes qui en ont besoin dans une situation où les clients ne se sentent pas stigmatisés. L’intégration du dépistage de l’hépatite C et du VIH dans le cadre d’un ensemble de traitements dans le cadre de la CSU encourage davantage de personnes à se faire dépister. Cette approche intégrée peut également inclure des services de réduction des méfaits.

La Fondation Ozone propose une gamme de mesures de réduction des risques pour prévenir la propagation du VIH.

© ONUSIDA Thaïlande/Cedriann Mart

La Fondation Ozone propose une gamme de mesures de réduction des risques pour prévenir la propagation du VIH.

Karen Peters: Nous discutons de stratégies et de cadres pour la mise en œuvre d’un traitement à base communautaire. Le ministère de la Santé publique, le Bureau du Conseil de contrôle des stupéfiants, différentes organisations de la société civile, des donateurs internationaux et des experts techniques sont tous assis autour de la table pour conseiller et suggérer des moyens d’avancer de manière plus durable afin d’obtenir de meilleurs résultats pour les Thaïlandais.

Patchara Benjarattana: Nous nous concentrons également sur le soutien aux autorités thaïlandaises dans une stratégie nationale pour soutenir ces groupes mal desservis, en utilisant des recherches de pointe et des solutions fondées sur des preuves afin de générer une intervention à fort impact. Une approche multisectorielle et l’engagement communautaire sont essentiels pour résoudre le problème.

Lorsque le gouvernement démontre un engagement à relever les défis, de bonnes choses se produisent en termes de création à la fois d’un accès équitable aux services et de l’intégration des services, et, plus encore, lorsque la société civile et des partenaires comme l’ONU ont une voix à la table. À cet égard, la Thaïlande peut être considérée comme un modèle pour la région.

ODD 3

Les Nations Unies

ODD 3



Source_link

Deixe um comentário

O seu endereço de e-mail não será publicado. Campos obrigatórios são marcados com *

%d blogueiros gostam disto: