L’envoyé d’Israël auprès de l’ONU dénonce les « crimes de guerre », le Conseil de sécurité de l’ONU se réunit

L’ambassadeur d’Israël auprès de l’ONU a accusé dimanche 8 octobre la guerre islamique palestinienne groupe criminel Hamas, promettant qu’il était temps de « détruire l’infrastructure terroriste du Hamas » alors que le Conseil de sécurité de l’ONU se réunissait pour discuter du conflit.

Lors d’une attaque dramatique lancée samedi depuis l’enclave palestinienne de Gaza, des militants du Hamas ont pris d’assaut des villes israéliennes, tuant plus de 600 personnes et s’enfuyant avec des dizaines d’otages, lors de la journée la plus meurtrière pour Israël depuis la guerre de 1973.

Israël et Gaza en guerre après le lancement d’une attaque surprise par le Hamas

Plus de 200 Israéliens ont été tués dans une attaque surprise à grande échelle perpétrée samedi 7 octobre par le groupe militant palestinien Hamas, a annoncé l’armée, alors que le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’est engagé à réduire en « décombres » les cachettes du groupe à Gaza.

Ce sont des crimes de guerre, des crimes de guerre manifestement documentés“, a déclaré l’ambassadeur israélien à l’ONU, Gilad Erdan, avant la réunion à huis clos des 15 membres du Conseil de sécurité.

“L’ère du raisonnement avec ces sauvages est révolue”, a-t-il déclaré aux journalistes. « Il est désormais temps de détruire l’infrastructure terroriste du Hamas, de l’effacer complètement, afin que de telles horreurs ne soient plus jamais commises. »

Israël a attaqué Gaza dimanche, tuant des centaines de personnes en représailles. Erdan a appelé la communauté internationale à soutenir pleinement Israël et à condamner les actions du Hamas.

Israël riposte après les attaques du Hamas, plus de 1 100 morts

Des centaines de personnes ont été tuées des deux côtés depuis que le Hamas, soutenu par l’Iran, a lancé cette attaque sur plusieurs fronts aux premières heures du samedi 7 octobre, les forces israéliennes combattant les militants résistants et attaquant la bande de Gaza avec des frappes aériennes.

Abritant environ 2 millions d’habitants, la bande de Gaza est administrée par le Hamas depuis 2007. Son économie a longtemps été étouffée par un blocus imposé par Israël avec l’aide de l’Égypte.

«Israël continue de dire : le blocus et les attaques répétées contre Gaza visent à détruire les capacités militaires du Hamas et à assurer la sécurité. … Leur blocus et leurs attaques n’ont abouti ni à l’un ni à l’autre », a déclaré l’ambassadeur palestinien à l’ONU, Riyad Mansour, aux journalistes avant la réunion du Conseil de sécurité.
« Alors qu’Israël essaie maintenant de justifier une nouvelle attaque avec les mêmes prémisses erronées, personne ne devrait dire ou faire quoi que ce soit pour l’encourager à suivre cette voie », a-t-il déclaré.

Le conseil s’est réuni pendant environ 90 minutes et a entendu un exposé de l’envoyé de l’ONU pour la paix au Moyen-Orient, Tor Wennesland.
Les diplomates ont déclaré qu’il était peu probable que le Conseil de sécurité publie une déclaration qui serait acceptée par consensus. L’ambassadeur adjoint des États-Unis auprès de l’ONU, Robert Wood, a déclaré aux journalistes que ce n’était pas une priorité pour Washington pour le moment.

« Ce qui est important maintenant, c’est que la communauté internationale montre sa solidarité avec Israël. Nous avons le soutien total d’Israël », a déclaré Wood aux journalistes après la réunion. « La condamnation du Hamas doit continuer jusqu’à ce qu’il mette un terme à cette violente activité terroriste contre le peuple israélien. »
L’ambassadrice des Émirats arabes unis auprès de l’ONU, Lana Nusseibeh, a déclaré que le conseil avait également discuté de l’applicabilité du droit humanitaire international et de la protection des civils.

« La question d’une réponse proportionnelle a également été discutée, mais il est clair qu’à ce stade, Israël se concentre sur ses propres besoins en matière de sécurité et sur le fait qu’il a des otages détenus dans la bande de Gaza qui devraient être libérés », a-t-elle déclaré aux journalistes.
L’attaque du Hamas coïncide avec des mesures soutenues par les États-Unis visant à faire pression sur l’Arabie saoudite pour qu’elle normalise ses relations avec Israël en échange d’un accord de défense entre Washington et Riyad.
« Nous ne voyons aucune raison pour que cela soit hors de question », a déclaré Erdan. « Nous voulons toujours que cela se produise. Nous ferons tout notre possible pour vivre en coexistence avec tous nos voisins”.

En savoir plus avec EURACTIV

Israël riposte après les attaques du Hamas, plus de 1 100 morts
Des centaines de personnes ont été tuées des deux côtés depuis que le Hamas, soutenu par l’Iran, a lancé cette attaque sur plusieurs fronts aux premières heures du samedi 7 octobre, les forces israéliennes combattant les militants résistants et attaquant la bande de Gaza avec des frappes aériennes.

Deixe um comentário

O seu endereço de e-mail não será publicado. Campos obrigatórios são marcados com *

%d blogueiros gostam disto: