Les agences catholiques saluent la création par la COP27 d’une cagnotte pour les pertes et dommages pour les pays “pauvres”

[ad_1]

Les pertes et dommages ont été défini par les savants comme les impacts du changement climatique qui ne peuvent pas, “ou n’ont pas” été évités par l’atténuation ou l’adaptation et ont été assimilés à un pool d’assurance basé sur le “principe du pollueur-payeur”.

Dans leur rapport, les membres de la CIDSE notent cependant que l’établissement d’une cagnotte des pertes et des fonds sans structures en place pour le mettre en œuvre “n’est tout simplement pas suffisant”.

Ils disent que cette année, malgré les pourparlers qui se déroulent à une époque de pertes et de dommages, une période qui, selon eux, est marquée par des crises alimentaires, énergétiques et sanitaires aggravées qui sont directement liées à la crise climatique, les dirigeants semblaient incapables de combler cet écart critique.

“Non seulement les parties n’ont pas réussi à éliminer les combustibles fossiles, mais elles ont également perdu leur crédibilité en faisant très peu de progrès dans la mise en œuvre de l’Accord de Paris, dont nous avons un besoin si urgent si nous voulons prendre soin de toute la création et notre maison commune », déclarent les membres de la CIDSE.

Ils ajoutent : “Un fonds pour les pertes et dommages sans engagement à atténuer et à éliminer progressivement tous les combustibles fossiles n’est tout simplement pas suffisant”.

Les gouvernements à la COP27 aurait a pris ce qui a été décrit comme une décision révolutionnaire d’établir de nouveaux accords de financement, ainsi qu’un fonds dédié, pour aider les pays en développement à répondre aux pertes et dommages.

Les gouvernements ont également convenu d’établir un «comité de transition» pour faire des recommandations sur la manière d’opérationnaliser à la fois les nouveaux accords de financement et le fonds lors de la COP28 l’année prochaine.

La première réunion du comité de transition devrait avoir lieu avant la fin du mois de mars 2023.

En ce qui concerne l’adaptation, les gouvernements se sont mis d’accord sur la manière d’avancer sur l’objectif mondial sur l’adaptation, qui se terminera à la COP28 et informera le premier bilan mondial, améliorant la résilience des plus vulnérables.

Selon l’alliance internationale des agences catholiques de développement en Europe et en Amérique du Nord, les résultats de la décision de la COP27 “sont encore loin d’être suffisamment audacieux et transformateurs, même lorsque nous reconnaissons un bon pas dans la bonne direction concernant les pertes et les dommages”.



[ad_2]

Source_link

Deixe um comentário

O seu endereço de e-mail não será publicado. Campos obrigatórios são marcados com *