Les exportations russes de pétrole brut augmentent de 50 % malgré les sanctions

Les approvisionnements russes en pétrole brut ont augmenté de 50 % ce printemps malgré les sanctions imposées par les pays du G7 en raison de la guerre en Ukraine, selon le Financial Le Times a rapporté dimanche 24 septembre, citant les données de la société d’analyse Kpler.

L’Union européenne, les pays du G7 et l’Australie ont introduit en décembre dernier un plafond de 60 dollars le baril de pétrole russe, dans le but de réduire la capacité de la Russie à financer le conflit en Ukraine.

Toutefois, les revenus pétroliers russes devraient augmenter en raison de la hausse constante des prix du pétrole et d’une réduction des rabais sur son propre pétrole, indique le rapport du FT, citant les estimations de la Kiev School of Economics (KSE).

Près des trois quarts de tous les flux pétroliers maritimes russes ont voyagé sans assurance occidentale en août, selon une analyse des dossiers de transport maritime et d’assurance réalisée par le Financial Times.

La Russie a réduit ses exportations maritimes de diesel et de gazole de près de 30 %, à environ 1,7 million de tonnes, au cours des 20 premiers jours de septembre, par rapport à la même période en août. L’interdiction temporaire imposée par la Russie aux exportations d’essence et de diesel vers la plupart des pays, annoncée la semaine dernière, devrait restreindre davantage l’offre.

 

Nouvelle route d’exportation

Les producteurs de pétrole russes ont fourni leurs premières cargaisons de brut CPC Blend aux Émirats arabes unis (EAU) en août et septembre, ont déclaré à Reuters quatre négociants, ouvrant ainsi une nouvelle route d’exportation alors que Moscou cherche à trouver de nouveaux clients et à contourner les sanctions occidentales.

Moscou a trouvé de nouveaux marchés pour son pétrole, malgré les sanctions imposées par les pays du G7 depuis le début de la guerre en Ukraine.

Troisième exportateur mondial de pétrole, la Russie a redirigé la majeure partie de son pétrole vers la Chine, l’Inde et la Turquie au cours de l’année écoulée, et a également envoyé des cargaisons vers des pays comme le Brésil, le Sri Lanka et le Pakistan.

En août et septembre, deux sociétés russes – la major pétrolière Lukoil et le producteur indépendant CenGeo – ont vendu leur pétrole aux Émirats arabes unis, ont indiqué les quatre négociants.

Tous deux ont fourni du CPC Blend, une qualité principalement produite au Kazakhstan et fournie aux marchés mondiaux via le port russe de Yuzhnaya Ozereyevka, sur la mer Noire.

Les Émirats arabes unis n’ont pas imposé de sanctions à la Russie suite à la guerre en Ukraine.

L’Office américain de contrôle des avoirs étrangers (OFAC) a précédemment déclaré que le pétrole CPC Blend n’était pas soumis à des sanctions s’il était d’origine kazakhe et a suggéré que les acheteurs du mélange devraient rechercher des certificats d’origine.

L’avertissement américain concernant CPC Blend ne s’applique qu’aux acheteurs conformes aux sanctions.

Les deux négociants, qui ont souhaité rester anonymes, ont déclaré que le brut CPC en provenance de Russie était vendu à prix réduit par rapport aux cargaisons en provenance du Kazakhstan.

(Edité par Georgi Gotev)

Deixe um comentário

O seu endereço de e-mail não será publicado. Campos obrigatórios são marcados com *

%d blogueiros gostam disto: