Les projets de la Facilité alimentaire de l’UE de la FAO prennent fin mais leur impact se poursuit | FAO


En 2007-2008, une crise des prix alimentaires élevée et un ralentissement économique mondial simultané ont poussé des millions de pauvres dans le monde encore plus loin dans la pauvreté, avec un effet parallèle sur la sécurité alimentaire mondiale. L’Union européenne (UE) a rapidement créé la Facilité alimentaire de l’UE, allouant un montant historique d’un milliard d’euros pour soutenir ceux qui en ont le plus besoin. L’UE a acheminé les fonds par l’intermédiaire d’organisations internationales, d’ONG et d’agences des pays membres, qui ont ensuite conçu et lancé des projets ciblés à court terme pour combler le fossé entre les besoins d’urgence des pays et leurs objectifs de développement. La FAO, qui a reçu un quart du financement, a utilisé des évaluations pour cibler l’aide sur quelque 15 millions de personnes en Afrique, en Asie et en Amérique latine. Lorsque les cycles de projets ont pris fin au début de 2012, la FAO a pu fournir des preuves tangibles que l’investissement dans l’agriculture et la nutrition avait eu un impact immédiat sur les problèmes aigus des pays, tout en contribuant à améliorer la résilience des populations vulnérables. Cette découverte a des implications à long terme pour la réduction de la pauvreté et l’augmentation de la sécurité alimentaire mondiale.

Le Bangladesh a connu d’importants progrès économiques depuis les années 1990, mais lorsque la crise des prix élevés des denrées alimentaires a frappé en 2007, elle a plongé 7,5 millions de Bangladais supplémentaires dans la pauvreté. Cette scène s’est répétée dans les pays en développement du monde entier, où la hausse drastique des prix des produits de base en 2007-2008 a entraîné de plus en plus de personnes parmi les plus vulnérables dans le monde dans des situations de crise.

La crise évoluait si rapidement et provoquait des ravages si étendus qu’aucune organisation de développement ne pouvait s’attaquer seule au problème. L’Union européenne (UE) est intervenue rapidement. Il a créé la Facilité alimentaire de l’UE, allouant 1 milliard d’euros pour aider les pays à faire face aux défis immédiats causés par les prix élevés des denrées alimentaires. L’initiative a duré trois ans. Lorsqu’elle a pris fin en 2012, l’aide d’urgence avait aidé des dizaines de millions de personnes parmi les plus vulnérables du monde à survivre à la crise. Dans le même temps, la FAO avait conçu des projets qui fournissaient une formation et le matériel nécessaires pour les rendre plus résistants aux crises futures.

Les évaluations permettent un meilleur ciblage des projets
La FAO, le plus grand bénéficiaire du financement de la Facilité alimentaire, a transformé son allocation de 238 millions d’euros (320 millions de dollars) en 31 projets dans 28 pays. Ceux-ci ont profité directement à 15 millions d’agriculteurs, de pêcheurs et d’éleveurs en Afrique, en Asie et en Amérique latine. Au début de l’initiative, la FAO s’est coordonnée avec ses partenaires des Nations Unies, en particulier ses agences sœurs, le PAM et le FIDA, pour entreprendre des missions d’évaluation afin de déterminer les besoins et les contraintes spécifiques de chaque pays. Grâce à ces commentaires, la FAO a pu cibler ses projets et fournir un soutien et une formation dans des domaines allant de l’amélioration de la production agricole ou des méthodes de collecte de l’eau à l’introduction de nouvelles variétés de cultures, à la création d’entreprises semencières du secteur privé et à l’établissement de liens avec les marchés des agriculteurs.

En plus de la formation, les projets ont également fourni des intrants essentiels tels que des semences et des engrais, des machines agricoles et du matériel d’irrigation, ainsi que des petits et grands ruminants, de la volaille et des aliments pour animaux et du matériel de pêche. Par exemple, les projets de la FAO ont supervisé la vaccination de plus de 44,6 millions de têtes de bétail. Grâce à la reconnaissance de l’importance de combiner la fourniture d’intrants avec une formation spécifique sur la meilleure façon de les utiliser ou de les appliquer, la FAO a aidé les bénéficiaires à continuer à améliorer leur propre vie, comblant ainsi le fossé entre l’aide d’urgence et le développement à moyen et long terme.

Au Bangladesh, en collaboration avec le gouvernement, la FAO a identifié les besoins actuels et futurs et a conçu un projet qui a soutenu 80 000 ménages d’agriculteurs et de pêcheurs dans la région sud-ouest du pays. Cette zone a été particulièrement touchée car elle se remettait encore des dommages causés par les inondations causées par deux cyclones consécutifs – Sidr en 2007 et Aila en 2009. Le projet a fourni aux agriculteurs des intrants et des machines, du bétail et des aliments pour animaux, ainsi que du matériel pour construire des abris pour animaux. Il a également fourni aux pêcheurs des semences de poisson et du matériel pour faciliter l’aquaculture et la pêche en eau libre – qui ont tous été introduits par le biais des écoles d’agriculture de terrain créées par la FAO. Reconnaissant le succès de ce projet pour améliorer la production et aider les agriculteurs à renforcer leur résilience pour l’avenir, le gouvernement discute maintenant de la poursuite du projet et de l’intensification de la stratégie.

De même, aux Philippines, la FAO a créé des écoles pratiques d’agriculture pour introduire des systèmes d’irrigation à petite échelle. Pendant ce temps, le projet FAO Food Facility au Zimbabwe a fourni 26 000 tonnes de semences de maïs et de sorgho ainsi que des engrais appropriés, ce qui a considérablement augmenté les rendements de 176 000 ménages agricoles. Au Niger, où la crise alimentaire a été accentuée par une sécheresse qui a ravagé les récoltes, la priorité était de réduire la malnutrition de 72 000 familles d’agriculteurs, soit quelque 500 000 personnes, en augmentant leur production agricole.

La FAO a non seulement su monter ces projets rapidement et avec des bénéficiaires très ciblés, mais elle a également su s’adapter aux imprévus. Le plan initial du projet au Pakistan prévoyait de soutenir 100 000 agriculteurs avec des semences de blé et de légumes et des engrais. Mais lorsque le Pakistan a été frappé par de graves inondations de mousson, la FAO a élargi le projet pour venir en aide aux habitants des zones inondées, tout en continuant à fournir l’assistance promise aux agriculteurs.

La FAO a mis en place des équipes de terrain pour superviser les opérations de ses 31 projets, qui ont enregistré un taux d’exécution de 99 pour cent. Même si les projets sont terminés, leurs contributions ne l’ont pas été. Presque tous les pays concernés se sont engagés à poursuivre sur la lancée des projets de la facilité alimentaire de l’UE.



Source_link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :