L’inflation alimentaire en Arabie saoudite atteint 6,2 %


L’inflation alimentaire en Arabie saoudite atteint 6,2%

Les prix des denrées alimentaires sont le principal contributeur à l’inflation globale en Arabie saoudite, selon un récent rapport publié par Jadwa Investment.

Les taux d’inflation de l’Arabie saoudite ont atteint un niveau record en avril 2013, où les prix des denrées alimentaires ont augmenté d’environ 6,2 % sur une base annuelle, contre 5,3 % en mars.

« Cela place l’inflation alimentaire à un niveau record pour la nouvelle classification de l’indice des prix à la consommation », a déclaré Fahad Al-Turki, chef du département de recherche chez Jadwa Investment.

Une augmentation notable a été enregistrée dans plusieurs catégories d’aliments entre mars et avril.

Le prix des œufs a augmenté de 3 SR, coûtant 12 SR en mars et 15 SR en avril.

Le coût d’un poulet grillé (moitié) a été estimé à 13 SR en mars mais a augmenté à 15 SR en avril.

Les prix ont également augmenté de manière significative sur le marché des crevettes, où un kilogramme de crevettes coûtait 70 SR en mars, contre 100 SR le kilo en avril.

Selon le Département central des statistiques et de l’information (CDSI), tous les sous-composants alimentaires sauf un ont augmenté le mois dernier par rapport à l’année précédente. Le rapport du CDSI indique que l’indisponibilité des sous-composants alimentaires les empêche de contrôler les prix.

Le rapport du CDSI a également indiqué que le pain et les produits céréaliers, les légumes, les fruits et les noix ont enregistré la plus forte augmentation des prix par rapport au mois précédent.

Selon Al-Turki, les hausses des prix alimentaires sont conformes à l’indice des prix alimentaires du Fonds monétaire international, qui a augmenté en moyenne mensuelle de 6 % en glissement annuel jusqu’à présent cette année.

« L’indice des prix alimentaires de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture a également inversé sa tendance négative à augmenter de 1,1% en avril en glissement annuel », a-t-il déclaré.

Hamed Al-Khathlan, propriétaire d’un restaurant bien connu à Djeddah, a déclaré que son restaurant est connu pour vendre des repas aux travailleurs à bas salaire et aux travailleurs qui ne peuvent pas se permettre plus de 20 SR par repas. « Depuis l’ouverture de mon restaurant, je cible les travailleurs à bas salaire et je n’ai jamais augmenté mes prix. Malheureusement, en raison de l’absence de réglementation des prix, les commerçants augmentent maintenant le coût des produits, et à ce titre, j’ai été contraint pour augmenter mes prix. Par exemple, je vendais un demi-poulet et du riz pour 20 SR, mais aujourd’hui je vends le même repas pour 25 SR », a-t-il déclaré.

Il a poursuivi : « Je respecte les entreprises alimentaires qui n’augmentent les prix que lorsque les prix universels augmentent, puis les réduisent à nouveau lorsqu’ils baissent. Al-Baik, par exemple, a fait preuve d’une grande crédibilité à cet égard.

Malgré le fait que le CDSI n’a pas été en mesure de déterminer la véritable raison de l’inflation alimentaire, de nombreux hommes d’affaires ont décidé d’augmenter les prix afin de pouvoir payer les pénalités pour les travailleurs expatriés.



Source_link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :