L’ONU autorise une mission de sécurité en Haïti pour lutter contre les gangs

Le Conseil de sécurité des Nations Unies a autorisé lundi (2 octobre) une mission de sécurité étrangère en Haïti, un an après que ce pays des Caraïbes a demandé de l’aide pour lutter contre les gangs, des gangs violents qui ont largement envahi sa capitale, Port-au-Prince.

Plus qu’un simple vote, il s’agit en réalité d’une expression de solidarité avec une population en danger“, a déclaré le ministre haïtien des Affaires étrangères, Jean Victor Geneus, au conseil. “C’est une lueur d’espoir pour les gens qui souffrent depuis longtemps.”

Le conseil, composé de 15 membres, a adopté une résolution, rédigée par les États-Unis et l’Équateur, qui autorise la mission dite multinationale de soutien à la sécurité « à prendre toutes les mesures nécessaires » – un code pour le recours à la force.

La Chine et la Russie se sont abstenues lors du vote, hésitantes à autoriser le recours généralisé à la force en vertu du chapitre 7 de la Charte fondatrice de l’ONU. Les 13 membres restants ont voté pour.

Nous avons fait un pas en avant pour créer une nouvelle façon de préserver la paix et la sécurité mondiales, en répondant aux appels répétés d’un État membre confronté à une crise multidimensionnelle au milieu d’une spirale alarmante de violence des gangs“, a déclaré le diplomate nord-américain Jeffrey DeLaurentis.

Le Conseil de sécurité a également élargi l’embargo sur les armes de l’ONU pour inclure tous les gangs – une décision souhaitée par la Chine. Les autorités haïtiennes ont déclaré que les armes utilisées par les gangs étaient pour la plupart importées des États-Unis. Auparavant, l’embargo ne s’appliquait qu’à des individus spécifiques.

«C’est une décision très importante. Si le Conseil avait pris cette mesure plus tôt, la situation sécuritaire en Haïti ne se serait peut-être pas détériorée comme elle est aujourd’hui », a déclaré l’ambassadeur chinois à l’ONU, Zhang Jun, au conseil après le vote.

La réponse à la demande d’aide d’Haïti a été retardée en raison de la difficulté à trouver un pays disposé à diriger une mission d’assistance à la sécurité. Le Kenya a avancé en juillet avec la promesse de 1 000 policiers. Les Bahamas ont alors engagé 150 personnes, tandis que la Jamaïque et Antigua-et-Barbuda sont également disposées à apporter leur aide.

Élections

Après l’approbation du conseil lundi, il n’était pas clair dans l’immédiat à quelle vitesse une force pourrait être mobilisée.

« Le vote d’aujourd’hui n’est que la première étape. Maintenant, le travail commence pour faire décoller la mission », a déclaré l’ambassadrice américaine auprès de l’ONU, Linda Thomas-Greenfield, dans un communiqué.

Bien qu’il n’envoie aucune troupe, le gouvernement américain espère fournir 100 millions de dollars pour soutenir la mission multinationale avec une aide logistique et financière, qui pourrait inclure des renseignements, un transport aérien, des communications et un soutien médical.

Les pays ont fait preuve de prudence en soutenant l’administration non élue du Premier ministre Ariel Henry, qui a déclaré que des élections équitables ne pouvaient pas avoir lieu dans le contexte d’insécurité actuel. Haïti est sans élus depuis janvier.

Le Conseil de sécurité a souligné la « nécessité urgente » pour Haïti de progresser vers « des processus électoraux transparents, inclusifs et crédibles et des élections libres et équitables ».

La mission d’assistance à la sécurité, bien qu’approuvée par le Conseil de sécurité de l’ONU, n’est pas une opération des Nations Unies.

Les forces de maintien de la paix de l’ONU ont été envoyées en Haïti en 2004 après qu’une rébellion ait conduit à l’éviction et à l’exil du président de l’époque, Jean-Bertrand Aristide. Les troupes de maintien de la paix sont parties en 2017 et ont été remplacées par la police de l’ONU, partie en 2019.

Les Haïtiens se méfient d’une présence armée de l’ONU. Ce pays des Caraïbes était exempt de choléra jusqu’en 2010, lorsque les soldats de la paix de l’ONU ont déversé des eaux usées infectées dans une rivière. Plus de 9 000 personnes sont mortes de la maladie et environ 800 000 sont tombées malades.

La résolution du Conseil adoptée lundi appelle les pays participant à la mission de sécurité « à adopter une gestion appropriée des eaux usées et d’autres contrôles environnementaux pour se protéger contre l’introduction et la propagation de maladies d’origine hydrique ».

En savoir plus avec EURACTIV

Deixe um comentário

O seu endereço de e-mail não será publicado. Campos obrigatórios são marcados com *

%d blogueiros gostam disto: