Moyen-Orient – ​​Netanyahu a déclaré à 1,1 million de Palestiniens qu’ils avaient 24 heures pour évacuer. Qu’est-ce que c’est, sinon du nettoyage ethnique ? | Sarah Helm

L’exigence du gouvernement israélien que plus d’un million de Palestiniens abandonnent leurs maisons dans le nord de Gaza et fuient vers le sud a d’horribles échos du passé.

J’ai travaillé comme journaliste dans la région dans les années 1990 et, ces dernières années, j’ai passé beaucoup de temps à Gaza et en Israël, faisant des recherches sur l’histoire des 2,3 millions de réfugiés de Gaza. Presque tous les habitants de Gaza sont des réfugiés de l’un des 200 villages arabes du sud de la Palestine qui ont été détruits par les forces israéliennes en 1948, lors de la création de l’État juif. Ce qui reste de certains de ces villages se trouve à 16 kilomètres de la frontière de Gaza. Certains réfugiés peuvent même voir leurs terres à travers la clôture.

La première phase de la vengeance d’Israël contre les atrocités du Hamas – les intenses bombardements aériens de ces derniers jours – était facile à prévoir. Tous les Palestiniens innocents de Gaza ont été contraints de payer un prix terrible, et des milliers de personnes l’ont déjà fait.

Cependant, je n’avais pas prévu que cette fois, l’Occident non seulement laisserait cela se produire – comme il l’a fait à plusieurs reprises auparavant – mais soutiendrait Israël, envoyant des armes et promettant effectivement l’impunité au regard du droit international, laissant les Palestiniens à leur sort.

Avec le feu vert des alliés d’Israël, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré vendredi que 1,1 million de Gazaouis seraient « évacués » du nord vers le sud de Gaza. Netanyahu veut nous faire croire que sa principale préoccupation est de garder les civils hors de danger lors de l’invasion terrestre attendue depuis le nord, ce qui est sans doute la manière dont il envisage d’« écraser » le Hamas. De telles affirmations vides de sens – au moment de la rédaction de cet article, 1 800 Palestiniens ont déjà été tués – sont faites dans l’espoir d’immuniser Israël contre les accusations de crimes de guerre. Emmener un million de personnes vers le sud provoquera encore plus d’horreur, et nous savons tous déjà qu’il n’existe aucun endroit sûr où les civils puissent fuir ou se réfugier.

Lorsque les forces israéliennes ont « nettoyé » les villages environnants en 1948, le processus a commencé par la même guerre psychologique que celle que nous connaissons aujourd’hui, avec des avertissements de fuite, des largages de tracts et des menaces sur ce qui pourrait arriver si elles ne le faisaient pas. Les villages étaient généralement bombardés avant l’entrée des troupes terrestres ; de nombreux civils ont été tués et il y a eu des massacres. Le village était généralement encerclé, avec une sortie ouverte permettant aux Palestiniens de s’échapper. Les survivants ont fini par se rendre dans la bande de Gaza, considérée comme une zone sûre. La résolution 194 des Nations Unies, approuvée en décembre 1948, leur accordait le droit au retour. Israël a refusé.

Si Netanyahu poursuit son plan « d’évacuation », l’histoire et les événements sur le terrain nous disent qu’après les avertissements et les bombardements auxquels nous assistons déjà, les réfugiés fuiront, comme ils l’ont fait en 1948. La seule issue possible pour eux est l’Égypte. . Même si l’Égypte s’est fermement opposée à l’accueil de réfugiés, sachant qu’elle collaborerait à un nettoyage ethnique permanent, cette situation pourrait changer si la crise humanitaire à ses frontières s’aggrave. Si les Gazaouis inondent le Sinaï, ils ne seront peut-être pas autorisés à revenir.

Les risques pour Netanyahu sont énormes, notamment en raison des otages israéliens à l’intérieur de Gaza. Mais étant donné que son avenir politique semble presque certainement terminé, il peut estimer qu’il n’a rien à perdre. Et la droite israélienne fait depuis longtemps pression pour l’expulsion de la population de Gaza vers le Sinaï.

En d’autres termes, si l’Occident et d’autres acteurs influents n’agissent pas pour arrêter cette « évacuation », un processus de nettoyage ethnique pourrait être en cours, entraînant avec lui les risques d’une conflagration régionale.

Comme lors des expulsions d’Israël en 1948, les dirigeants d’aujourd’hui projetteront alors un discours affirmant qu’il n’y a pas d’avenir sûr pour Israël à moins que la totalité de la population de Gaza ne soit expulsée de façon permanente. Des négociations débuteront alors sur la question de savoir si les réfugiés ont le droit de retourner à Gaza, qui était déjà un lieu d’exil.

Ce scénario peut paraître trop apocalyptique, mais comme les réfugiés palestiniens le savent très bien, il ne l’est pas. Israël espère depuis longtemps que l’histoire du nettoyage ethnique des villages palestiniens en 1948 serait oubliée. Dès les premiers jours de la fuite de 1948, Israël a élaboré son propre récit de ces événements, affirmant que les Palestiniens avaient fui sur ordre des dirigeants arabes. Lorsqu’ils ont tenté de retourner dans leurs villages après la guerre, ils ont été qualifiés d’« infiltrés », puis de « terroristes ».

Depuis qu’Israël et l’Égypte ont imposé le blocus de Gaza en 2006-2007, l’isolant du monde, Israël a eu des raisons d’espérer que l’histoire de 1948 resterait également cachée. Les archives ont été bloquées et les derniers vestiges des villages détruits. Mais aujourd’hui, de nombreux Gazaouis non seulement se souviennent de 1948, mais ont aussi l’impression d’y être de retour.

J’ai parlé à des amis du groupe qui disent qu’ils sont déterminés à ne pas être déracinés une seconde fois et qu’ils préféreraient rester chez eux et y mourir.
« Je ne bougerai pas. Je serai tuée chez moi avec ma famille », m’a dit une mère, Adalah, qui vit dans le centre de Gaza. Leur maison se trouve sur la plage surplombant la mer, où patrouillent les canonnières israéliennes. Adalah m’a dit qu’elle avait rassemblé toute sa famille chez elle pour qu’ils puissent mourir ensemble.

Deixe um comentário

O seu endereço de e-mail não será publicado. Campos obrigatórios são marcados com *

%d blogueiros gostam disto: