Nous connaissons le passé de l’Afghanistan, mais où va-t-il ?

[ad_1]

Les erreurs politiques des États-Unis qui ont conduit à la sortie chaotique d’Afghanistan n’ont été surpassées que par la bévue du Pakistan en défendant les talibans et le groupe beaucoup plus dangereux Haqqani. Les Haqqanis tiennent maintenant l’Afghanistan en otage. Jusqu’à présent, les puissances régionales tentent toujours de s’engager avec les talibans, mais pour combien de temps encore ?

Les souvenirs d’août 2021 sont encore crus. Les réfugiés tombant d’un avion de transport C-17 et faisant la queue jusqu’à la taille dans les égouts resteront des images durables avec la frappe de drone sur une famille innocente et les milliards de dollars d’équipement militaire laissés derrière eux. Mais à quoi ressemble la situation locale maintenant ?

Près d’un an plus tard, une opération de la CIA a tué Ayman al-Zawahiri, le chef d’Al-Qaïda, qui aurait séjourné dans une maison liée à Sirajuddin Haqqani dans le district de Sherpur à Kaboul. Cet événement unique indique trois points importants.

  • Les terroristes qui se cachaient au Waziristan, à la frontière afghano-pakistanaise, sont retournés en Afghanistan pour la première fois depuis fin 2001. C’est exactement ce que les dirigeants occidentaux ont affirmé qu’il se passerait lorsqu’ils ont justifié la présence de l’OTAN pendant 20 ans. Les Nations Unies ont récemment signalé que la branche afghane de l’État islamique (EI) est l’un des « réseaux régionaux les plus vigoureux et les mieux établis ».
  • Les Haqqanis, longtemps proches de la direction d’Al-Qaïda, n’ont pas changé de place. Ils dirigent une organisation terroriste qui est à la fois distincte et faisant partie des talibans. Ils sont (ou devraient être) le plus grand obstacle pour les pays qui envisagent de discuter de la reconnaissance avec les talibans traditionnels de Kandahari, dirigés par le mollah Baradar, plus modéré.
  • Bien que les drones de la CIA aient pu monter une opération à Kaboul, il n’en demeure pas moins que les capacités antiterroristes occidentales en Afghanistan sont insuffisantes face à l’ampleur de la menace. Zawahiri était une cible emblématique plutôt qu’un risque majeur et l’opération américaine devait opérer à la limite de ses capacités.

Le retrait des Haqqanis d’Afghanistan est une ambition qui réunirait la plupart des puissances régionales ainsi que les Kandaharis. Cependant, il est difficile de voir comment cela pourrait se produire même si le soutien du Pakistan pouvait être assuré. Les Haqqanis contrôlent Kaboul, sont lourdement armés et ont l’intention de rester.

En effet, les événements de l’année écoulée ont été un désastre pour le Pakistan. Quelques semaines après la prise de contrôle des talibans, Islamabad avait de bonnes raisons de reconnaître l’étendue de son erreur en les défendant. Le Pakistan avait trois objectifs qu’il voulait que les talibans réalisent.

  • Pour empêcher les Indiens d’entrer en Afghanistan. Mais l’Inde, au lieu de parrainer des opposants aux talibans, a décidé de s’engager avec Kaboul. New Delhi a fourni des ressources vitales aide alimentaire à un pays qui en a vraiment besoin. Il a également subtilement joué sur l’aversion traditionnelle des talibans de Kandahari pour le Pakistan. Le mollah Yaqub, le ministre taliban de la Défense, a même suggéré entrainement militaire en Inde.
  • Les talibans et les haqqanis devaient faciliter la destruction des talibans pakistanais (TTP) et remettre les terroristes recherchés à l’armée pakistanaise. Les Haqqanis ont rapidement fait comprendre qu’ils ne seraient pas en mesure de se conformer. Ils ont fait valoir que les Kandaharis étaient souvent originaires des mêmes villages que le TTP et bloquaient la coopération. Au lieu de cela, l’armée pakistanaise a dû s’engager dans des opérations complexes pourparlers de cessez-le-feu avec le TTP.
  • Le nouveau gouvernement afghan était censé reconnaître la ligne Durand de 1897 comme frontière internationale. Le Pakistan avait érigé une clôture en fil de fer à grands frais ces dernières années, mais en quelques semaines, les talibans et le TTP coupaient le fil et renouvellement des demandes dans les régions pachtounes du Pakistan.

Il semble que le chef d’état-major de l’armée pakistanaise, le général Qamar Bajwa, avait déjà nourri des inquiétudes au sujet d’une prise de contrôle des talibans, mais il était opposé par son chef du renseignement Faiz Hamid et par les puissants commandants de corps. La Chine avait également exprimé des inquiétudes quant à la défense par Islamabad d’un gouvernement composé uniquement de talibans (plutôt que d’un gouvernement à base plus large), mais Pékin n’a pas poussé son cas.


Les abonnés + membres ont un niveau d’accès plus élevé aux perspectives d’experts de Cipher Brief sur les problèmes mondiaux. Passer au statut d’abonné+ maintenant.


Aujourd’hui, un an après, la Chine est inquiète. Les talibans et les haqqanis ne montrent aucun intérêt à livrer des militants ouïghours aux autorités chinoises. On craint à Pékin que des extrémistes ouïghours aient commencé à collaborer avec des groupes baloutches et le TTP pour saper le corridor économique Chine-Pakistan (CPEC). Il y a eu un certain nombre d’attaques à l’intérieur du Pakistan dans lesquelles des Chinois ont été ciblés, y compris l’explosion d’une bombe à Quetta en avril 2021, que l’ambassadeur chinois a de justesse échappé. Un an plus tard, un kamikaze baloutche a tué trois citoyens chinois près de l’Institut Confucius de Karachi. Cela a conduit à un regain de pression chinoise pour déployer leur propre Sécurité au Pakistan; une demande que le Pakistan a refusée à plusieurs reprises.

L’Iran est un autre pays qui a cherché à s’engager avec les talibans. Son ambassade à Kaboul est restée ouverte et elle surveille attentivement la manière dont les talibans traitent l’importante minorité chiite du pays. Comme la Chine, elle est soulagée de voir le dos de l’Otan et, comme l’Inde, elle semble avoir décidé, pour l’instant, de ne pas soutenir le groupe armé d’opposition d’Ahmed Massoud, qui opère près de la frontière tadjike. Aucun pays n’a encore envie de renouveler la guerre civile en Afghanistan.

Cela inclut la Russie et les républiques d’Asie centrale (RCA) qui se tournent toujours vers Moscou pour la politique afghane dans le cadre de la Communauté des États indépendants (CEI). Alliance. La Russie a établi un contact direct avec les talibans en 2017 mais reste profondément sceptique quant aux intentions des talibans et préoccupée par la propagation vers le nord des armes, de l’extrémisme religieux, du terrorisme et de l’opium et de leur capacité à déstabiliser la RCA. Pendant ce temps, tous les projets de pipelines et des lignes ferroviaires à travers l’Afghanistan dépendent de la reconnaissance des talibans par la communauté internationale et de la paix.

Et là réside l’énigme centrale. L’Occident ne devrait pas reconnaître l’Afghanistan tant que les Haqqanis contrôlent Kaboul et ne le fera pas tant que les talibans refuseront d’autoriser l’enseignement secondaire féminin. Jusqu’à la reconnaissance, rien ne peut avancer en dehors de l’aide humanitaire. Pendant ce temps, la communauté internationale (qui a maintenant des préoccupations plus pressantes) peut essayer d’empêcher l’exportation du terrorisme et de la drogue depuis l’Afghanistan. Cette même politique a échoué entre 1989 et 2001 et échouera sans aucun doute à nouveau.

Cet article a été publié pour la première fois par nos amis de RUSI.

Lisez plus d’informations, de perspectives et d’analyses sur la sécurité nationale dirigées par des experts dans Le bref chiffré

[ad_2]

Source_link

Deixe um comentário

O seu endereço de e-mail não será publicado. Campos obrigatórios são marcados com *