Outa exige des comptes pour l’assassinat de Deokaran

[ad_1]

L’organisation Undoing Tax Abuse (Outa) a organisé mercredi une manifestation pacifique devant les bureaux du département de la santé de Gauteng à Johannesburg pour exiger une enquête sur des allégations de corruption dans le département, qui auraient conduit à l’assassinat du lanceur d’alerte Babita Deokaran.

Les manifestants une banderole noire, blanche et rouge arborant les mots “Nous avons besoin de fonctionnaires, pas de cadres”.

Le directeur général de l’organisation d’action civile, Wayne Duvenage, a déclaré que la manifestation visait à mettre en lumière la corruption à l’hôpital de Tembisa.

«Ce matin, j’avais écrit au MEC de Gauteng sur certaines de nos préoccupations que nous avons écrites dans le passé et signalé qu’ils ne répondaient pas à nos lettres et demandes d’informations. L’action de protestation concerne également la corruption qui sévit à l’hôpital de Tembisa, qui est gérée de manière très, très léthargique et tarde à agir un an après l’assassinat de Babita Deokaran », a-t-il déclaré.

Déokaranune employée principale du département de la santé de Gauteng, a été assassinée devant son domicile à Winchester Hills, Johannesburg, après avoir emmené sa fille à l’école le 23 août 2021.

L’Unité spéciale d’enquête (UES) a déclaré que Deokaran avait été un témoin important dans les enquêtes sur la corruption au département de la santé après l’enquête sur l’attribution irrégulière de plus de 332,5 millions de rands dans des appels d’offres pour des équipements de protection individuelle.

La manifestation fait suite à la suspension préventive du directeur financier du département de la santé de Gauteng, Lerato Madyo, et du directeur général de l’hôpital de Tembisa, Ashley Mthunzi, par le gouvernement de Gauteng vendredi.

Le gouvernement provincial a déclaré dans un communiqué que les responsables avaient été suspendus pour s’assurer que “leur présence au bureau n’entrave pas l’enquête sur les graves allégations relatives à l’achat et au paiement abusifs des prestataires de services à l’hôpital de Tembisa”.

“Compte tenu de la gravité des allégations et du lien possible avec l’affaire du meurtre de Babita Deokaran – ancien directeur général des finances, fonctionnaire exemplaire et lanceur d’alerte courageux qui a été brutalement tué il y a un an – l’Unité spéciale d’enquête a été nommée pour enquêter sur ces allégations. avec urgence. »

Premier Gauteng David Makhura s’est félicité des suspensions dans la déclaration et a confirmé que l’affaire avait été renvoyée à l’UES pour enquête médico-légale.

La Fédération sud-africaine des syndicats (Saftu) a salué la décision de Makhura, déclarant dans un déclaration que les suspensions étaient “attendues depuis longtemps”.

« Il est devenu évident, grâce à des rapports d’enquête, que ces personnes font face à de graves allégations de corruption et que leur suspension était attendue depuis longtemps. Ils sont impliqués dans l’utilisation abusive et le pillage de plus de 800 millions de rands dans le département de la santé de Gauteng, avec des transactions spécifiques qui illustrent la connivence d’amis et de couples et de purs actes de corruption à l’hôpital tertiaire provincial de Tembisa », a déclaré Saftu.

Mais le caucus du travail institutionnel de l’hôpital de Tembisa (ILC), qui représente entre autres le Syndicat national des travailleurs de l’éducation, de la santé et assimilés (Nehawu) et le Syndicat national des travailleurs de la fonction publique et assimilés (Nupsaw), a publié lundi un communiqué rejetant les suspensions et appelant eux « désespérés et irrationnels ».

“Le vendredi 26 août 2022, l’ILC a envoyé une invitation au Premier ministre sollicitant son audience sur la question. Dans la lettre, nous l’avons mis en garde contre toute décision drastique sur la question du PDG. Mais, au lieu de cela, il a publié une déclaration aux médias pour placer le PDG, le Dr Mthunzi, en suspension préventive dans l’attente d’une enquête. L’ILC rejette cette suspension avec le mépris qu’elle mérite », a déclaré l’ILC. Nupsaw a pris ses distances avec l’invitation envoyée par l’ILC. Dans un déclaration publié mardi, Nupsaw a déclaré: «En tant que syndicat, nous estimons que le caucus syndical a utilisé injustement et à tort notre nom pour soutenir un point de vue que nous ne partageons pas par principe. C’est pourquoi nous avons pris la décision de nous retirer de ce caucus. Nous voulons également qu’il soit catégoriquement clair que nous ne soutenons pas le point de vue exprimé dans cette lettre, qui appelle essentiellement le Premier ministre du Gauteng, David Makhura, à lever la suspension.



[ad_2]

Source_link

Deixe um comentário

O seu endereço de e-mail não será publicado. Campos obrigatórios são marcados com *