Protection sociale pour la pêche et l’aquaculture | FAO

[ad_1]

La protection sociale de la pêche et de l’aquaculture (SocPro4Fish) le projet plaide pour le besoin urgent de transformer les réponses à court terme en COVID-19[feminine] crise en stratégies à long terme pour se remettre des chocs maintenant et de manière durable et équitable, afin que les communautés et les pays vulnérables n’aient pas à être secourus plus tard, lorsque les chocs sont aggravés. En conséquence, il cherche à intégrer l’action climatique dans la réponse au COVID-19, notamment en soutenant l’accès à la protection sociale et à l’inclusion économique, en ciblant les besoins spécifiques des hommes et des femmes les plus vulnérables et à risque. Cette dernière permet de planifier une reprise inclusive et durable tout en renforçant la résilience des ménages ruraux grâce à des systèmes de protection sociale efficaces et réactifs sensibles au genre.

La protection sociale s’appuie sur trois types de programmes pour protéger, prévenir, promouvoir et transformer la moyens de subsistance des pauvres et des vulnérables :

JE. Assistance sociale: offrir des transferts en espèces et en nature et des services pour soutenir et autonomiser les pauvres ;

II. Sécurité sociale: programmes contributifs qui protègent les personnes contre les pertes financières potentielles liées aux événements liés au cycle de vie (grossesse, vieillesse), aux risques liés aux moyens de subsistance (chômage, maladie) ou aux chocs (par exemple, ouragans, inondations, crises économiques) ;

III. Interventions sur le marché du travail: des mesures de protection pour la population en âge de travailler qui visent à accroître les possibilités d’emploi, à améliorer les compétences des travailleurs et à offrir un soutien aux moyens de subsistance.

Protection sociale est un ensemble d’interventions dont l’objectif est réduire les risques et la vulnérabilité sociaux et économiques et atténuer l’extrême pauvreté et les privations. Dans toutes les régions, les preuves montrent des impacts positifs clairs des programmes de protection sociale en termes de sécurité alimentaire, de nutrition et de développement du capital humain. Les initiatives de protection sociale ont été considérées comme améliorant la capacité économique et productive même des communautés les plus pauvres et les plus marginalisées et, par conséquent, devraient être un élément crucial d’un programme de développement rural plus large. Les preuves montrent que la protection sociale aide les petits exploitants agricoles à surmonter les défaillances du marché et des institutions qui entravent leur développement. En outre, lorsque ces interventions sont réactives aux chocs, elles contribuent à la réduction et à la gestion des risques de catastrophe ainsi qu’aux initiatives d’adaptation et d’atténuation du changement climatique et à d’autres chocs covariants. La cohérence entre la gestion des ressources naturelles et les programmes de protection sociale peut également se traduire par une gestion durable des pêches et une réduction de la pauvreté.

OBJECTIFS DU PROJET

Le projet SocPro4Fish sera développé dans toutes les régions en s’appuyant sur les travaux en cours précédemment menés par la FAO en partenariat avec les gouvernements nationaux pour générer des preuves basées sur la protection sociale dans le secteur de la pêche et de l’aquaculture. La génération de preuves est essentielle pour étendre géographiquement les instruments de protection sociale pour les femmes et les hommes pêcheurs, pisciculteurs et travailleurs de la pêche, et cherchera à promouvoir des politiques qui institutionnalisent la protection sociale et répondent aux différents besoins des hommes et des femmes dans la pêche et l’aquaculture.

Initialement, le projet mènera des travaux en Colombie, au Paraguay, au Malawi et en Tunisie, mais cela vise à avoir un effet catalyseur dans d’autres pays à travers les régions à mesure que des preuves sont générées et des leçons apprises sur les avantages pour la réduction de la pauvreté, le renforcement de la résilience et la gestion des ressources naturelles à travers mécanismes de protection sociale et interventions sensibles au genre.

Les projets visent à promouvoir l’inclusion économique et à renforcer la résilience et la sécurité des moyens de subsistance des pêcheurs et des travailleurs de la pêche pour faire face aux impacts et chocs covariants au niveau macro et micro en améliorant la compréhension du scénario actuel, en réduisant les obstacles à l’accès à la protection sociale et sectorielles), et promouvoir les opportunités économiques et une meilleure gestion des ressources, en établissant des synergies avec d’autres secteurs, dans des pays sélectionnés.

Cet impact attendu sera atteint grâce à un résultat principal avec quatre produits, axés sur le renforcement des capacités institutionnelles pour la mise en œuvre, l’harmonisation et le suivi des politiques, stratégies et programmes aux niveaux national et des districts.

Résultat: Renforcement des capacités institutionnelles pour la mise à disposition, la mise en œuvre et le suivi des programmes de protection sociale, y compris une protection sociale réactive aux chocs et sensible au genre pour les pêcheurs, les travailleurs de la pêche et les pisciculteurs

  • Sortie 1 : Soutien politique fondé sur des données factuelles fourni par l’évaluation des cadres favorables entre les politiques et programmes de protection sociale et de pêche et la vulnérabilité, les risques et les impacts des chocs covariants de l’échantillon au niveau national et du district.
  • Sortie 2 : Outils techniques développés pour renforcer la capacité des pêcheurs à répondre aux chocs covariants causés par les catastrophes climatiques, sanitaires, socio-économiques et environnementales affectant les moyens de subsistance de la pêche.
  • Sortie 3 : Renforcement des prestataires et des mécanismes informels de protection sociale pour accroître la résilience des ménages de pêcheurs face aux chocs covariants.
  • Sortie 4: Coopération Sud-Sud et triangulaire et diffusion des résultats pour partager les leçons apprises sur l’intensification des programmes de protection sociale pour répondre aux chocs covariants dans le secteur de la pêche.

QUE FAIT LE PROJET ?

Le projet SocPro4Fish a identifié des opportunités spécifiques pour des processus potentiels ou en cours sur la protection sociale dans le secteur de la pêche et de l’aquaculture. Grâce à des partenariats avec les gouvernements, le projet semble fonctionner à travers les continents, en Colombie, Paraguay, Malawi et Tunisie.

Dans ces pays, le projet mettra en œuvre les activités suivantes :

  1. Mener des études et des évaluations législatives, politiques et institutionnelles sur la protection sociale sensible au genre pour les pêcheurs, les travailleurs de la pêche et les pisciculteurs.

  2. Mener une analyse de la vulnérabilité et des risques des petits pêcheurs, des travailleurs de la pêche et des pisciculteurs, et une évaluation de l’impact socio-économique de la pandémie de COVID-19 sur la pêche artisanale et les réponses et les lacunes en matière de protection sociale, en recueillant et des données ventilées par âge.

  3. Mener une analyse de faisabilité du poisson et des produits de la pêche dans le cadre des processus de passation des marchés publics.

  4. Procéder à une évaluation globale des régimes de protection sociale dans le secteur de la pêche et du respect des mécanismes de protection sociale prévus par la convention 188 de l’Organisation internationale du travail (OIT) et la recommandation 202 de l’OIT relative aux socles de protection sociale.

  5. Promouvoir un dialogue de haut niveau entre les ministères de la pêche, les ministères de la protection sociale, les ministères de l’environnement, les ministères du changement climatique et/ou d’autres ministères concernés.

  6. Élaborer des feuilles de route au niveau des pays pour concevoir et mettre en œuvre des mécanismes de protection sociale, en cohérence avec les politiques et programmes de pêche.

  7. Soutenir l’expansion des systèmes nationaux de protection sociale.

  8. Concevoir une stratégie de mise à l’échelle pour les programmes de fonds renouvelables dans les communautés aquacoles.

  9. Renforcement des capacités des organisations communautaires pour mettre en œuvre des programmes de fonds renouvelables dans les communautés aquacoles avec une attention particulière pour les femmes et les jeunes.

  10. Échange d’expériences et partage de politiques dans le cadre de la mise à l’échelle des régimes de protection sociale.

  11. Diffusion des leçons apprises à travers une stratégie de communication.

[ad_2]

Source_link

Deixe um comentário

O seu endereço de e-mail não será publicado. Campos obrigatórios são marcados com *