“Quand nous avons tous des téléphones de poche”: une bande dessinée des années 1920 prédit avec précision nos vies dominées par les téléphones portables


On a beaucoup parlé ces derniers temps de blagues qui “n’ont pas bien vieilli”. Parfois, cela a à voir avec l’évolution de la sensibilité du public, et parfois avec l’exagération d’un bâillon ayant été dépassée par les faits de la vie. En tant qu’utilisateur de Twitter nommé Max Saltman posté il n’y a pas longtemps“J’aime trouver New yorkais des dessins animés tellement datés que la blague est entièrement perdue et que les dessins animés ne sont que des descriptions de personnes faisant des choses normales. Les exemples comprenaient un fêtard admettant que “je ne l’ai pas encore lu, mais je l’ai téléchargé sur Internet”, et un enseignant exhortant ses élèves à “garder les yeux sur votre propre écran”.

Tous ceux New yorkais les dessins animés semblent dater des années quatre-vingt-dix. Encore plus prémonitoire mais beaucoup plus ancien est le Daily Mirror bande dessinée en haut du post, dessinée par l’artiste W. K. Haselden à un moment donné entre 1919 et 1923. Il envisage une époque « où nous avons tous des téléphones de poche », susceptibles de sonner aux moments les plus inopportuns : « quand on court vers un train », « quand on a les mains pleines », « à un concert ». », même « lorsque vous êtes marié ». Une telle bande dessinée ne pourrait jamais, comme on dit, être publiée aujourd’hui – non pas à cause de son potentiel à heurter les sensibilités modernes, mais à cause de sa pure banalité.

Car ici, dans les années 20, nous avons tous, en effet, des téléphones de poche. De plus, nous nous sommes tellement habitués à eux que le dessin animé de Haselden rappelle le tournant du millénaire, lorsque la nouveauté et le prestige des téléphones portables (sans parler de leurs sonneries simples et grinçantes) les rendaient plus intrusifs au quotidien. -la vie quotidienne. Aujourd’hui, de plus en plus, les téléphones portables font partie de la vie quotidienne. Loin des « téléphones de poche » littéraux imaginés il y a un siècle, ils se sont frayé un chemin dans presque tous les aspects de l’existence humaine, y compris ceux qu’Haselden n’aurait jamais pu envisager.

Pourtant, ce n’était pas la première fois que quelqu’un imaginait une telle chose. “Les rumeurs d’un ‘téléphone de poche’ avaient sonné dans le monde entier depuis 1906,” écrit Lori Dorn de Laughing Squid. “Un homme du nom de Charles E. Alden a affirmé avoir créé un appareil qui pouvait facilement tenir dans une poche de gilet et utilisé une” batterie sans fil “.” En l’occurrence, il faudrait près de huit décennies pour le premier téléphone portable pour arriver sur le marché, et trois autres en plus pour qu’ils deviennent indispensables en Occident. Aujourd’hui, le «téléphone de poche» est devenu l’appareil qui définit notre époque partout dans le monde, bien que les normes sociales entourant son utilisation restent un travail en cours.

passant par Calmar qui rit

Contenu connexe :

Le premier téléphone portable : Découvrez le DynaTAC 8000X de Motorola, une brique de 2 livres au prix de 3 995 $ (1984)

Lynda Barry explique comment le smartphone met en danger trois ingrédients de la créativité : la solitude, l’incertitude et l’ennui

Le cinéaste Wim Wenders explique comment les téléphones portables ont tué la photographie

Un film français de 1947 a prédit avec précision notre dépendance aux smartphones au XXIe siècle

Le premier téléphone mobile au monde présenté dans un film vintage de 1922

Basé à Séoul, Colin Marshall écrit et diffuse sur les villes, la langue et la culture. Ses projets incluent la newsletter Substack Livres sur les villes, le livre La ville sans état : une promenade dans le Los Angeles du XXIe siècle et la série de vidéos La ville au cinéma. Suivez-le sur Twitter à @colinmarshallsur Facebookou sur Instagram.





Source_link

Deixe um comentário

O seu endereço de e-mail não será publicado. Campos obrigatórios são marcados com *

%d blogueiros gostam disto: