Réticence à adopter la technologie dans les soins de santé

[ad_1]

Ce billet est co-écrit par Declan Hadley

Aurait Florence Nightingale avez adopté les soins virtuels ? La réponse serait probablement oui, car elle était une innovatrice technologique dans tous les sens – favorisant la propreté dans les hôpitaux, promouvant une alimentation saine pour améliorer la guérison et utilisant des données pour réduire les taux d’infection. Pourtant, aujourd’hui, dans les soins de santé, nous constatons un taux d’adoption de la technologie plus lent par rapport à d’autres industries, malgré une riche histoire d’innovation clinique.1

L’évaluation de l’écart peut être difficile et de nombreuses organisations de soins de santé sont tentées de se tourner vers leurs pairs pour une comparaison. Cependant, ce sont les fournisseurs de soins virtuels et les entreprises technologiques contre lesquels ils devraient se baser.2 Les facteurs qui influencent l’adoption de la technologie dans les soins de santé sont multiples. Alors, comment les organisations de santé peuvent-elles accélérer le rythme pour répondre aux attentes de leurs patients ?

De manière générale, les raisons de la lenteur de l’adoption du numérique se répartissent en trois catégories : stratégie, main-d’œuvre et risque.

Stratégie

Toute organisation qui entame son parcours numérique doit avoir un plan en place. Idéalement, ce plan est co-créé avec la main-d’œuvre et des parties prenantes plus larges pour créer un sentiment d’appartenance ou un objectif commun.3 Une transformation numérique réussie est insaisissable dans tous les secteurs, pas seulement dans le domaine de la santé. En effet, une étude par BCG montre que seulement 30 % des projets d’adoption du numérique atteignent leurs objectifs. L’absence d’une stratégie de transformation numérique d’entreprise intégrée aux objectifs commerciaux globaux entraîne des priorités concurrentes, des mesures de réussite peu claires et des difficultés à obtenir un financement. Cette approche bifurquée se traduit par un personnel désabusé et des projets au point mort.

la main d’oeuvre

Partout dans le monde, les prestataires de soins de santé ont du mal à recruter et à retenir des professionnels de la santé.4 Les organisations qui réussissent seront celles qui réfléchissent de manière créative à l’environnement de travail, y compris à la manière dont la technologie est utilisée.5 Au sein de toute équipe clinique, il y aura des gens qui penseront différemment à la technologie. Une petite minorité adoptera les changements et évangélisera, d’autres seront sceptiques et quelques-uns pleureront la perte de la méthode de travail actuelle.

Pour mettre en œuvre et soutenir efficacement la transformation numérique, les organisations de soins de santé doivent s’assurer que leur personnel se sent à la fois confiant et compétent dans l’utilisation des solutions numériques. Ils doivent s’engager à tous les niveaux, en recherchant leurs pionniers du numérique pour plaider en faveur du changement. Ils doivent s’assurer que les personnes sont accompagnées tout au long du processus, offrir une formation adéquate et, surtout, donner le temps de s’adapter à toute nouvelle pratique de travail.

Les prestataires de soins de santé qui réussiront à se développer seront ceux qui traiteront l’adoption du numérique comme un programme de changement à l’échelle de l’organisation, dirigé par le haut.6

Risque

L’élargissement de votre offre de services numériques crée de nouvelles opportunités, mais introduit également de nouveaux risques. La sophistication croissante des attaques de rançongiciels, la pénurie de personnel informatique et le manque de visibilité sur la manière dont la technologie est utilisée représentent tous des menaces tangibles pour les entreprises. Ces facteurs conduisent à une situation où les prestataires de soins de santé ne peuvent adopter les nouvelles technologies que par le biais de pilotes, et peu réussissent à passer à une adoption à grande échelle.sept Beaucoup sous-estiment également les coûts réels impliqués, ne tenant pas compte des investissements nécessaires dans la formation de la main-d’œuvre, la refonte des flux de travail, l’intégration des systèmes hérités et l’infrastructure informatique résiliente, introduisant ainsi un risque financier excessif.

Les systèmes de santé connaissent bien le changement, mais l’accélération de l’adoption du numérique à grande échelle s’est avérée insaisissable, tant au sein des organisations qu’au niveau national.8 Cependant, tous s’accordent à dire que la transformation numérique est cruciale pour rester compétitif.

Pour évoluer efficacement et au rythme, les responsables de la santé doivent commencer par une stratégie commerciale claire, englobant des résultats discrets et mesurables qui ont été co-créés avec les parties prenantes concernées. Une fois définis, ils doivent adopter leur feuille de route en mettant l’accent sur les personnes, les processus et la technologie pour s’assurer qu’ils sont prêts pour le changement. Les leaders du système doivent s’assurer que leur personnel se sent en confiance et compétent dans l’utilisation des solutions numériques. Ce faisant, ils doivent s’assurer que l’infrastructure sous-jacente est sécurisée, intégrée et prête à répondre aux nouvelles exigences qui lui sont imposées.

Sources:

  1. Adoption numérique dans les soins de santé
  2. Chartis-insights 2022 Enquête sur le système de santé
  3. Créer demain, aujourd’hui – Sept règles simples pour les dirigeants
  4. Personnel de santé (who.int)
  5. La main-d’œuvre infirmière aux États-Unis en 2021 | McKinsey
  6. Programme d’éducation à la préparation numérique | Éducation à la santé Angleterre
  7. 4 vérités montrent l’avenir de la technologie de la santé
  8. Le programme national pour l’informatique dans le NHS : une mise à jour sur la fourniture de systèmes de dossiers de soins détaillés – National Audit Office (NAO) Signaler

Partager:

[ad_2]

Source_link

Deixe um comentário

O seu endereço de e-mail não será publicado. Campos obrigatórios são marcados com *