“Soutenir la coopération sur la gestion des ressources en eau en Basse Mésopotamie? Projet

[ad_1]

“Soutenir la coopération sur la gestion des ressources en eau en Basse Mésopotamie? Projet

La raréfaction de l’eau, la dégradation de la qualité de l’eau, la salinité des terres et l’assèchement des marais, sont autant de problèmes cruciaux qui défient constamment le développement durable de la basse Mésopotamie.

Pour relever ces défis de développement, les gouvernements des pays riverains de la Basse Mésopotamie (Irak, Iran et Syrie) en collaboration avec la FAO et d’autres partenaires au développement, ont lancé un nouveau projet pour renforcer leur coopération dans le domaine de la gestion des ressources en eau. Le projet est financé par le gouvernement italien (4.538.235 USD), qui a chargé l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture d’exécuter l’initiative et de fournir une assistance technique pour sa mise en œuvre.

L’initiative conjointe a été officiellement lancée mercredi dernier, le 30 janvier, lors d’un atelier de lancement de deux jours qui a été ouvert par des délégations de haut niveau des gouvernements iranien et irakien, des représentants du ministère italien des Affaires étrangères ainsi que des experts de la FAO.

« Lancer un tel projet dans les pays de la Basse Mésopotamie est à la fois crucial et symbolique : dans la région du Proche-Orient, les ressources en eau renouvelables sont passées de plus de 4300 m3 par an au milieu du siècle dernier à environ 630 m3 en 2010, contre 6400 m3 pour dans le monde », a déclaré M. Ould Ahmed, Représentant régional du Bureau régional de la FAO pour le Proche-Orient, lors de son discours d’ouverture, soulignant que « En Iran, les ressources en eau par habitant ont diminué de 2038 m3 à 1832 m3 au cours des 10 dernières années. Quant à l’Irak, l’eau disponible est passée de 3561 m3 par habitant à 2751 m3 dans la même période. En Syrie, les ressources en eau disponibles par personne sont passées de 816 m3 à 694 m3 ».

« La rareté de l’eau dans la région a considérablement affecté nos capacités à assurer un approvisionnement adéquat en eau pour les besoins de base en Basse Mésopotamie, en particulier dans le domaine de l’agriculture », a déclaré M. Bokhtiar Abdulkarim, conseiller aux affaires financières du ministère irakien des ressources en eau » et « L’importance stratégique du projet réside dans le fait qu’il établira les bases d’une nouvelle coopération entre nos pays pour faire face aux défis communs liés à la gestion de l’eau, avec le soutien de l’étendue des connaissances de la FAO ».

Le développement des capacités et le renforcement des institutions seront au cœur des interventions du projet et, comme l’a souligné le Min. Massimo Bellelli, représentant du ministère italien des Affaires étrangères, cela contribuera grandement à la durabilité de l’intervention qui renforcera la coopération entre les pays riverains “pour résoudre les problèmes et défis communs liés à la gestion de l’eau et à l’environnement”. « Le projet a été formulé en étroite coordination avec les pays riverains qui sont désormais propriétaires de l’initiative. Avec le soutien de la FAO, ces pays seront techniquement préparés à faire face à la pénurie d’eau dans le bassin Tigre-Euphrate. Le projet aura donc un caractère entièrement technique et portera sur l’amélioration de la gestion des ressources en eau et les moyens de faire face à la pénurie d’eau », a déclaré M. Pasquale Steduto, Administrateur principal et OiC, Division des terres et des eaux, FAO-Rome.

En s’attaquant aux défis cruciaux liés à l’eau dans une approche intégrée, le projet contribuera “à promouvoir le développement et la sécurité alimentaire dans la région en utilisant des outils avancés pour réduire les coûts et renforcer la capacité d’amélioration de la productivité de l’eau agricole, d’augmentation de la production et d’amélioration de la qualité et de la quantité des ressources en eau agricoles”. » a conclu SE Seyed Rahim Sajadi Hezaveh, vice-ministre des sols, de l’eau et des industries du ministère iranien du Jihad-e-Agriculture.

Communiqué de presse au format PDF

[ad_2]

Source_link

Deixe um comentário

O seu endereço de e-mail não será publicado. Campos obrigatórios são marcados com *