Traité international sur les ressources phytogénétiques

[ad_1]

Le Comité directeur discute du plan d’action pour le Proche-Orient et l’Afrique du Nord

Le Caire, 13 juillet 2014 – La FAO accueille le premier Comité directeur pour discuter de la mise en œuvre du Plan d’action pour le Proche-Orient et l’Afrique du Nord pour le Fonds de partage des avantages au Proche-Orient et en Afrique du Nord (NENA) du Traité international sur les ressources phytogénétiques pour l’agriculture.

Le Plan d’action NENA du Traité traite de l’eau, des ressources phytogénétiques et de la sécurité alimentaire dans la région. Il découle directement de la Conférence ministérielle qui s’est tenue à l’Organe directeur du Traité à Mascate, Oman, en septembre 2013.

Le Fonds de partage des avantages pour la conservation et l’utilisation des ressources phytogénétiques

Le Fonds de partage des avantages (BSF) du Traité investit dans des projets à fort impact, le transfert de technologie et le renforcement des capacités, pour soutenir les pays en développement dans la conservation et l’utilisation de la phytogénétique.

« Le Fonds de partage des avantages du Traité international est bien placé pour apporter une contribution significative à la lutte contre la sécheresse et la sécurité alimentaire dans la région NENA », a déclaré le Dr Shakeel Bhatti, Secrétaire du Traité international sur les ressources phytogénétiques. «Avec le soutien financier nécessaire, le Traité peut aider la région NENA à faire face à l’impact de la sécheresse et de la désertification sur les cultures vivrières locales en utilisant la diversité phytogénétique et les nouvelles technologies pour développer des cultures tolérantes à la sécheresse et à la salinité pour la région. Le plan d’action NENA du Traité conserverait également la majeure partie, sinon la totalité, de la diversité cultivée des principales cultures existant actuellement dans la région.

Le BSF du Traité a déjà soutenu deux séries de projets bénéficiant à la vie et aux moyens de subsistance de plus de 17 000 agriculteurs. Des projets sont toujours en cours dans 33 pays d’Afrique, d’Asie, du Proche-Orient, d’Amérique latine et des Caraïbes et devraient bénéficier à plus de 500 000 personnes. Le Traité examine actuellement les soumissions faites dans le cadre de la troisième série d’appels à propositions.

Le Plan d’action NENA du Traité devrait faire partie de la 4ème série de projets BSF.

Ressources phytogénétiques pour les cultures vivrières tolérantes à la sécheresse dans la région

Le changement climatique, la croissance démographique, la rareté de l’eau et les ressources naturelles limitées représentent actuellement un grand défi pour la sécurité alimentaire de la région NENA. Les ressources phytogénétiques, qui sont les matières premières utilisées pour créer de nouvelles variétés de cultures, jouent un rôle stratégique pour aider l’agriculture à s’adapter à un climat plus sec et aux défis qui y sont liés. Les variétés de cultures tolérantes à la sécheresse et à la salinité, par exemple, contribuent à économiser les ressources en eau rares et permettent plus d’eau pour d’autres cultures.

Le plan d’action régional du FBS mettra un accent particulier sur la production agricole dans des conditions de pénurie d’eau, de sécheresse, de désertification et de changement climatique et créera également la base pour favoriser les partenariats avec le secteur à but non lucratif et le secteur privé sur la question dans toute la région.

“Ce plan est d’une importance capitale pour la région NENA”, a déclaré Abdessalam Ould Ahmed, Sous-Directeur général de la FAO pour le Proche-Orient et l’Afrique du Nord. “Il fournit un cadre qui énonce les objectifs à atteindre et les mesures spécifiques à mettre en œuvre. par les pays et partenaires du Proche-Orient et d’Afrique du Nord, dont la FAO », a-t-il ajouté. Outre d’autres domaines, tels que les systèmes d’irrigation améliorés, le dessalement de l’eau et la réutilisation de l’eau, les ressources phytogénétiques abordées par le Traité sont un aspect important de la lutte contre la pénurie d’eau dans l’agriculture de la région.

Les chefs des principales institutions agricoles de la région, notamment le Dr Tariq Al-Zadjali, directeur général de l’Organisation arabe pour le développement agricole (AOAD) ; Dr Mahmoud Solh, directeur général du Centre international de recherche agricole dans les zones arides (ICARDA); Dr Mohammad Ajlouni, Secrétaire exécutif de l’Association des institutions de recherche agricole du Proche-Orient et de l’Afrique du Nord (AARINENA) ; Dr Ismahane ElOuafi, directeur général du Centre international d’agriculture biosaline (ICBA) ; Le Dr Shakeel Bhatti, Secrétaire du Traité international sur les ressources phytogénétiques, et des responsables de chacun de ces organes ont participé au Comité directeur du Plan d’action du Traité Nena. La réunion du Comité directeur et le Plan d’action du Traité s’inscrivent dans le cadre de la mise en œuvre directe de la Déclaration ministérielle de Mascate, adoptée lors de la Conférence ministérielle régionale organisée par SE Dr Fuad bin Jafaar Al-Sajwani, Ministre de l’Agriculture et de la Pêche d’Oman, à l’occasion de la Cinquième Session de l’Organe directeur du Traité international.

[ad_2]

Source_link

Deixe um comentário

O seu endereço de e-mail não será publicado. Campos obrigatórios são marcados com *